Résidences pour personnes âgées : 20 décès « obscurs ou violents »

Des personnes âgées Des personnes âgées (archives)

« Mauvaise qualité des soins, mécanismes de surveillance déficients, négligence » : l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) recense 20 cas de « décès obscurs ou violents » survenus dans des résidences privées ou des centres d'hébergement de soins et de longue durée (CHSLD) entre janvier 2011 et janvier 2013.

En octobre 2010, l'AQRP avait dévoilé 24 cas de décès « obscurs » en deux ans dans les résidences privées et publiques de la province.

« Les causes de ces drames sont multiples, mais le constat demeure le même qu'il y a deux ans. Le rythme des inspections et des visites d'appréciation est insuffisant pour assurer la qualité des soins offerts aux aînés hébergés », a déclaré jeudi la présidente de l'AQRP, Lyne Parent, par voie de communiqué.

L'association demande donc au ministre de la Santé, Réjean Hébert, de s'assurer que toutes les résidences qui n'ont pas reçu la visite d'un inspecteur en 2012 soient inspectées en 2013.

Elle réclame aussi du gouvernement Marois une augmentation de la fréquence des inspections dans les résidences privées et une hausse de la fréquence des visites d'appréciation dans les CHSLD. Elle demande également un nombre plus élevé d'inspecteurs chargés de ces visites et un suivi plus serré de leurs recommandations.

Voici les 20 cas de décès répertoriés par l'AQRP pour lesquels un coroner a émis au moins une recommandation concernant l'établissement après qu'un décès est survenu :

  • Une femme de 85 ans demeurant à la Résidence de l'Or Blanc meurt d'hypothermie dans un boisé, à Asbestos;
  • Un homme de 84 ans meurt d'une hémorragie sous-durale à l'hémisphère droit à la suite d'une chute au Pavillon des Bâtisseurs, à Montréal;
  • Un homme de 68 ans demeurant au CHSLD Vigi Brossard meurt des suites d'un coma hyperosmolaire sévère, à Brossard;
  • Une femme de 84 ans meurt par asphyxie positionnelle à la suite d'une chute à la Résidence L'Émérite, à Brossard;
  • Une femme de 74 ans meurt d'une arythmie létale consécutive aux effets indésirables de l'olanzapine et du diltiazem à la Résidence Le Félix, à Vaudreuil-Dorion;
  • Une femme de 89 ans demeurant au CHSLD Marcelle-Ferron meurt d'une asphyxie par pendaison, à Brossard;
  • Une femme de 89 ans meurt de complications terminales d'une altération de l'état de conscience possiblement secondaire à un état infectieux non traité adéquatement, à la Maison Herron à Dorval;
  • Un homme de 95 ans meurt après un malaise probablement d'origine cardiaque à la Maison Herron à Dorval;
  • Un homme de 91 ans meurt d'une pneumonie d'aspiration à la Résidence Les Floralies Lachine;
  • Une femme de 79 ans meurt d'une insuffisance respiratoire d'aspiration à la Résidence Les Floralies Lachine;
  • Une femme de 72 ans meurt d'une subocclusion intestinale au CHSLD du Chevalier-De Lévis, à Longueuil;
  • Un homme de 83 ans meurt d'une asphyxie par compression, à Montréal;
  • Un homme de 77 ans meurt d'une insuffisance myocardique au Manoir Melançon, à Saint-Jérôme;
  • Un homme de 75 ans meurt d'une pneumonie d'aspiration au CHSLD Vigi Mont-Royal;
  • Une femme de 90 ans meurt à la suite d'une chute de son lit au CHSLD Hubert-Maisonneuve, à Rosemère;
  • Une femme de 82 ans meurt à la suite des brûlures provoquées par l'eau chaude du bain aux Résidences Soleil, à Pointe-aux-Trembles;
  • Une femme de 92 ans meurt des suites d'une chute de son lit au Centre d'hébergement de Saint-Eustache;
  • Une femme de 83 ans qui habitait au Centre d'hébergement de Saint-Eustache meurt d'une ostéite et d'un abcès sacré extensif;
  • Un homme de 90 ans se suicide par noyade dans le spa de la Résidence Le Symbiose à Montréal;
  • Une femme de 86 ans meurt d'une insuffisance multiorganique à la Résidence Floralies Verdun.

Selon l'AQRP, la Maison Herron à Dorval, la Résidence Floralies Lachine et le Centre d'hébergement de Saint-Eustache devraient faire l'objet d'un suivi particulier, puisque ces établissements ont été « visés à au moins deux reprises par des recommandations de coroners au cours des deux dernières années ».