Québec confime la fin de la « mesure du 25 % » en agriculture

Des vaches dans un champ  Photo :  iStockphoto

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, François Gendron, confirme le retrait de la « mesure du 25 % » et la redistribution de près de 20 millions de dollars aux entreprises agricoles du Québec.

Au total, quelque 8500 entreprises agricoles québécoises recevront un remboursement de Québec. Les régions de Chaudière-Appalaches, de la Montérégie, du Bas-Saint-Laurent et du Centre-du-Québec sont parmi les plus touchées.

La « mesure du 25 % » consiste à retirer le quart le moins performant des entreprises agricoles du Québec dans le calcul des coûts de production pour déterminer les montants d'assurance stabilisation. Elle a été mise en place en 2010 par la Financière agricole.

Le remboursement complet lié à l'abolition de la mesure sera effectué en janvier prochain pour le secteur végétal et en avril pour le secteur animal. Les entreprises agricoles pourront bénéficier de liquidités additionnelles dans un contexte où elles ont dû subir une hausse importante des prix des grains.

Régions touchées par le retrait de cette mesure

Les régions touchées par le retrait de la Mesure du 25 %.

Engagement électoral

Cette abolition était un engagement que le Parti québécois avait pris lors de la dernière campagne électorale. « J'ai toujours dit que cette mesure ne serait plus soutenue par notre gouvernement. Je suis convaincu que cette annonce permettra aux producteurs agricoles de passer un heureux temps des fêtes, un poids en moins sur leurs épaules », a déclaré M. Gendron.

Les mesures d'adaptation, mises en place pour aider les entreprises agricoles à se conformer aux changements apportés à l'assurance stabilisation des revenus agricoles, restent en vigueur. Le gouvernement a d'ailleurs bonifié l'enveloppe consacrée à ces mesures d'adaptation pour l'année 2013-2014 dans les derniers crédits budgétaires. « Les 25 millions de dollars prévus sont toujours essentiels pour les entreprises agricoles, qui doivent sans cesse améliorer leur compétitivité », a précisé le ministre.

Facebook