La syndique de l'Ordre des ingénieurs quitte son poste

Le logo de l'Ordre des ingénieurs du Québec Le logo de l'Ordre des ingénieurs du Québec

La syndique de l'Ordre des ingénieurs du Québec, en poste depuis quatre ans, a remis sa démission jeudi au conseil d'administration et quittera ses fonctions le 20 décembre prochain.

Le président de l'Ordre, Daniel Lebel, n'a pas fourni de détails sur les raisons qui auraient incité Jeannette Gauthier à remettre sa démission, sinon pour dire que l'OIQ était satisfaite du travail qu'elle a accompli depuis quatre ans.

Daniel Lebel a précisé que le bureau du syndic, qui compte une trentaine de personnes, continuera ses activités comme d'habitude et qu'on tentera de trouver un remplaçant à Jeannette Gauthier le plus rapidement possible.

Le bureau du syndic entre en scène lorsqu'un doute est émis sur de la négligence, un manque d'intégrité ou de diligence commis par un ingénieur, ou lorsqu'une infraction au Code de déontologie est soupçonnée.

Dossiers en cours

D'ici peu, le comité de discipline doit remettre son rapport sur le dossier de onze ingénieurs, dont plusieurs de la firme AXOR, qui font l'objet d'une enquête du comité de discipline.

Cette année, ce comité a traité une trentaine de dossiers du genre. Depuis 2009, le volume des plaintes concernant des ingénieurs a quadruplé, atteignant cette année plus de 400 plaintes déposées au bureau du syndic.

Plusieurs de ses plaintes concernent notamment la corruption, selon M. Lebel. « On a plus de 800 enquêtes toujours en cours et sur 800, il y en a autour de 45 % qui touchent carrément la collusion, la corruption, le financement illégal politique et la fraude. Vous comprendrez donc que d'autres dossiers devraient être déposés au conseil de discipline. »

Avec des informations de Normand Grondin

Facebook