Sommet sur l'éducation : 600 millions $ en échange d'une entente

Les explications de Maude Montembault

Après le bâton, la carotte. Le ministre Pierre Duchesne a réitéré jeudi que la conclusion d'une entente lors du Sommet sur l'enseignement supérieur de février prochain serait récompensée par une somme de 600 millions de dollars à injecter dans les coffres des universités.

Le ministre de l'Enseignement supérieur a fait cette promesse jeudi, dans le cadre de la deuxième rencontre préparatoire en vue du sommet de février, à Trois-Rivières. Il doit prendre la parole vendredi à cette même réunion, vers 17 h.

Le ministre Duchesne a expliqué que la somme, bien qu'importante, est déjà prévue. « L'issue du sommet déterminera comment nous utiliserons une partie de ces sommes », a-t-il déclaré. Impossible de savoir ce qu'il adviendra de ce montant si le sommet ne permet pas de dégager un consensus. Le ministre s'est également borné à dire que l'argent provient des taxes et impôts, sans donner plus de détails.

Les provisions se retrouvent dans le budget Marceau. Il s'agit en quelque sorte d'une compensation pour l'annulation de la hausse des droits de scolarité. De plus, l'argent permet de prouver que le gouvernement est sérieux lorsqu'il affirme que les conclusions du sommet ne sont pas déterminées d'avance et qu'il respectera la volonté des participants.

La semaine dernière, les universités ont appris que le gouvernement leur imposait des compressions budgétaires de 124 millions.

Pour la présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Éliane Laberge, cette annonce doit calmer les forces en présence. « Tous les acteurs qui se sentent un peu attaqués dans les derniers temps devraient se tempérer », a-t-elle laissé entendre.

Le Parti libéral a rapidemment dénoncé cet engagement. Le député Gerry Sklavounos a douté de l'existence même des 600 millions de dollars. Selon lui, il s'agit de paroles en l'air­.

La rencontre préparatoire, qui se poursuit vendredi, porte sur l'accessibilité aux études supérieures. En tout, quatre rencontres semblables doivent avoir lieu d'ici le sommet de février.

Avec un reportage de Maude Montembault

En complément