Les cigarettiers rejettent le témoignage du témoin vedette Jeffrey Wigand

Témoignage de Jeffrey Wigand

Les avocats représentant les trois grands cigarettiers mis en cause dans le recours collectif intenté par des Québécois demandent au juge de rejeter le témoignage du témoin vedette Jeffrey Wigand. Ce dernier est l'homme qui a dévoilé des pratiques de l'industrie dans les années 1990 après avoir été à l'emploi de British American Tobacco.

Docteur en biochimie, Jeffrey Wigand témoigne au procès en recours collectif de 27 milliards de dollars contre Imperial Tobacco, JTI MacDonald et Rothmans Benson & Hedges. Ces trois grands cigarettiers sont accusés d'avoir tout fait pour accroître la dépendance des fumeurs à la nicotine. On leur reproche aussi d'avoir sciemment dissimulé les risques de la consommation de tabac pour la santé.

Les trois sociétés mises en cause par le recours collectif demandent le rejet du témoignage de M. Wigand parce qu'il n'a pas apporté les documents que lui réclame la défense. Les sociétés lui ont envoyé un sub peina, le 26 novembre dernier, lui réclament des relevés d'impôts et des factures diverses depuis qu'il a mis sur pied une fondation vouée à la protection des enfants contre le tabagisme en 1998.

M. Wigand soutient qu'il ne l'a pas reçu à temps pour amener tous ces documents. Les avocats des sociétés demandent le rejet de son témoignage parce qu'ils se disent incapables de le contre interroger sans lesdits documents.

Double recours collectif

Une fumeuse Une fumeuse

Le recours collectif de 27 milliards de dollars, que des avocats ont mis 10 ans à préparer, est le seul du genre au Canada. Le procès, qui devrait durer 2 ans, est en cours depuis 1 an. De fait, le recours collectif est constitué de deux recours collectifs distincts qui sont entendus en même temps. Le premier, touchant 90 000 fumeurs et ex-fumeurs québécois, concerne des gens qui ont développé des maladies à la suite de leur consommation de tabac, comme des cancers du poumon, du larynx et de la gorge, ou qui ont souffert d'emphysème.

Le deuxième recours collectif touche 1,8 million de personnes dépendantes au tabac au Québec.

Les deux recours collectifs ont été autorisés en 2005. Le juge de la Cour supérieure disait à l'époque que les trois compagnies n'ont jamais communiqué de façon directe toute l'information sur les risques et les dangers de la consommation du tabac et que l'attitude des fabricants était surprenante et contradictoire.