Affaire Rémy Couture : procès pour corruption de moeurs

Rémy Couture (archives) Rémy Couture (archives)

De la fiction au palais de justice. Le procès de Rémy Couture s'ouvrira mardi matin.

Un jury formé de 7 femmes et 5 hommes entendra la cause de ce spécialiste des effets spéciaux, accusé de corruption de moeurs pour avoir diffusé sur Internet des images que le ministère public (les procureurs aux poursuites criminelles et pénales) juge obscènes.

Rémy Couture, un Montréalais de 35 ans, a été arrêté en 2009 à la suite d'une plainte contre la diffusion de vidéos réalistes montrant des scènes d'horreur.

La Couronne entend présenter cinq témoins au cours de ce procès qui doit durer deux semaines.

Le jury entendra d'abord trois policiers qui exposeront ce qu'ils ont trouvé sur Internet, puis deux experts viendront à la barre : un psychiatre judiciaire suivi d'un psychologue spécialisé dans l'étude des délinquants sexuels et de l'impact qu'ont les images violentes sur ce type de personnes.

Me Geneviève Dagenais et Me Michel Pennou, qui représentent le ministère public, doivent montrer que le matériel produit par l'accusé Rémy Couture est obscène et qu'il cause un préjudice à la société.

De leur côté, les avocats de l'artiste-maquilleur, Me Véronique Robert et Me Robert Doré, invoqueront la liberté d'expression de leur client.

La journée a été consacrée au choix du jury dans cette cause inhabituelle.

Pour s'assurer de la capacité des candidats à bien juger cette affaire, le tribunal leur a posé plusieurs questions, dont une sur leur sensibilité devant des images de violence. La plupart des candidats se sont dits tout à fait capables de visionner les extraits de films d'horreur qui seront déposés en preuve.

Par ailleurs, un site Internet est dédié à la défense de Rémy Couture. Des produits y sont vendus pour soutenir l'artiste.

Avec un compte rendu d'Isabelle Richer

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook