Les gens souffrant de maladies chroniques modifient peu leurs habitudes de vie

Une personne souffrant de diabète. Une personne souffrant de diabète.  Photo :  AFP/SAJJAD HUSSAIN

Un nouveau rapport conclut que les Canadiens âgés de 50 ans et plus à qui on a diagnostiqué une maladie chronique modifient rarement leurs « mauvaises » habitudes.

L'étude de Statistique Canada a permis de découvrir que le fait d'arrêter de fumer ou de réduire la quantité de cigarettes consommées étaient les changements les plus souvent signalés, mais que la plupart des fumeurs n'écrasent pas.

Les gens souffrant de diabète étaient les plus enclins à changer leurs habitudes, bien que ces changements demeurent modestes.

« Les études démontrent qu'il existe des effets positifs au niveau de la durée et de la qualité de vie et que les chances de récurrence ou de progression de la maladie sont réduites », a expliqué Pamela Ramage-Morin, analyste chez Statistique Canada et auteure de l'étude.

« Mais je ne crois pas que ce soit aussi simple que de dire : "les gens ne veulent pas être dérangés". Pourquoi ne voudraient-ils pas [faire les changements] lorsqu'ils apprennent une telle nouvelle? » a-t-elle déclaré mercredi, à partir d'Ottawa.

Mais pourquoi?

Lors de recherches précédentes, les participants avaient relevé bon nombre de raisons expliquant leur désir de ne pas changer leur style de vie afin d'améliorer leur état de santé.

« Ils ont souvent dit qu'ils étaient trop fatigués ou que leur maladie les empêchait de le faire », a raconté Mme Ramage-Morin, en parlant du besoin d'être plus actif physiquement.

Par exemple, un accident vasculaire cérébral peut provoquer la paralysie d'une partie du corps, a-t-elle expliqué.

« Donc, si la personne est handicapée physiquement en raison de son problème, il est évident qu'il lui sera difficile de devenir plus active. »

Des personnes devant consommer des médicaments en raison de leur maladie peuvent aussi souffrir d'effets secondaires compliquant la participation à des activités physiques. Ce peut être particulièrement vrai dans le cas de personnes âgées, qui doivent souvent prendre de nombreux médicaments.

L'étude, réalisée pendant 12 ans auprès de plus de 17 000 Canadiens, révèle que ceux qui ont reçu un diagnostic de diabète avaient réduit leur consommation de tabac et d'alcool, faisaient plus d'exercice, et mangeaient davantage de fruits et de légumes.

Par contre, ceux qui souffrent d'une maladie respiratoire comme la bronchite chronique ou l'emphysème rapportaient peu de changements dans leurs habitudes de consommation de tabac ou dans leur alimentation, en plus de pratiquer moins d'activités physiques.

L'étude a également découvert qu'une réduction dans la consommation excessive d'alcool était le seul changement des habitudes de vie constaté chez les gens souffrant d'une maladie respiratoire.

Les maladies cardiaques, le cancer, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète font partie des principales causes de décès au Canada. Partout dans le monde, ces maladies chroniques représentent 60 % de l'ensemble des décès, mais sont considérées comme pouvant être majoritairement évitées en adoptant de meilleures habitudes de vie.

« Pour les gens souffrant d'une maladie chronique, adopter un mode de vie plus sain - comme arrêter de fumer, faire plus d'activités physiques, éliminer la forte consommation d'alcool et améliorer son alimentation - peut accroître la longévité et améliorer la qualité de vie », rappellent les auteurs de l'étude.


Info en continu Afficher le fil complet

Facebook