La commission Charbonneau

« Moi, dans ma tête, ce que je faisais était honnête » - Michel Paquette

François Messier
Radio-Canada
Le surveillant de chantier Michel Paquette Le surveillant de chantier Michel Paquette

Le surveillant de chantier Michel Paquette soutient qu'il n'était pas au courant que des entrepreneurs en construction faisaient de la collusion pour se répartir les contrats de construction à Montréal, mais admet qu'il se doutait qu'il y avait de la corruption.

L'homme, qui est surveillant de chantier depuis 19 ans, admet avoir reçu des cadeaux d'entrepreneurs, comme des bouteilles de vin et des billets de hockeys, mais affirme n'avoir d'aucune façon fait bénéficier ces personnes de retours d'ascenseur.

Il dit avoir été très surpris de l'ampleur du système d'extras bidons auquel a dit avoir participé Luc Leclerc, un ingénieur qui a supervisé une trentaine de ses chantiers, tout en reconnaissant avoir eu « des doutes ».

Il dit qu'il était quand même « confortable » avec les données qu'il remettait à Luc Leclerc et que « s'il a fait des choses c'est à mon insu ».

« Je ne pouvais pas deviner qu'il y avait de la collusion à Montréal. » — Michel Paquette

Michel Paquette dit que vers 2000, sinon 2002, l'entrepreneur Tony Conte, de Conex, lui avait demandé s'il voulait faire plus d'argent. « Je lui ai dit non, je n'embarque pas là-dedans », mais concède qu'il n'en a alors rien dit à ses supérieurs, qu'il avait peur de perdre son emploi.

« Je ne voulais pas embarquer dans ces combines-là, je trouvais que j'étais bien payé à la Ville de Montréal ». Les cadeaux, explique-t-il, étaient « suffisants ».

« Moi, dans ma tête, ce que je faisais était honnête. J'étais sincère avec moi-même. » — Michel Paquette
Luc Leclerc Luc Leclerc

Paquette dupé par Leclerc?

En contre-interrogatoire, l'avocat de la Ville de Montréal Martin St-Jean a présenté au témoin une feuille de calcul faite conjointement par Michel Paquette et un employé de Pavages CSF dans le cadre d'un contrat effectué par la compagnie dans l'arrondissement du Sud-Ouest.

Les informations contenues sur cette feuille, c'est-à-dire les quantités de matériaux utilisés dans le cadre du contrat, ont été transmises à Luc Leclerc, afin qu'il puisse préparer le décompte final des quantités utilisées au chantier. Ce décompte, une fois approuvé, ouvrait la voie au paiement.

Or, selon les documents présentés par Me St-Jean, la feuille de calcul préparée par Michel Paquette faisait état d'une quantité de 3783 mètres pour du trottoir monolithe, alors que le décompte progressif, préparé par Luc Leclerc à partir de ces informations, fait plutôt état de 4116 mètres.

Confronté à cet écart, le témoin a expliqué que Luc Leclerc lui demandait souvent de lui donner les informations de la feuille de calcul au téléphone, et de conserver cette feuille dans ses propres dossiers. Selon Me St-Jean, la feuille de calcul déposée en preuve a bel et bien été retrouvée dans le dossier de M. Paquette par le contrôleur de la Ville.

Le commissaire Lachance a suggéré à Michel Paquette que Luc Leclerc avait donc « ajusté » de son propre chef les quantités utilisées au chantier. « Je ne pourrais pas le confirmer », s'est contenté de répondre le témoin.

Mercredi, le témoignage de Michel Paquette n'avait déjà guère permis à la commission de progresser, sinon pour comprendre les liens entre les surveillants de chantier, les ingénieurs qui supervisaient leur travail et les entrepreneurs en construction.

MM. Paquette et Thériault sont appelés à témoigner après avoir été montrés du doigt par l'ex-propriétaire d'Infrabec Lino Zambito et par un ingénieur responsable de la surveillance des chantiers à la Ville de Montréal, Luc Leclerc.

Ils sont soupçonnés d'avoir aidé les entreprises à réclamer des extras bidons, payés à même l'argent des contribuables.

M. Thériault a témoigné jeudi après-midi.

MM. Paquette et Thériault ont été tous deux suspendus sans solde par la Ville, au même titre que Gilles Vézina et Yves Themens, les deux derniers témoins entendus par la commission.

Depuis 19 ans, Michel Paquette surveille des chantiers pour différents ingénieurs chargés de projet, dont Luc Leclerc. Sa tâche consiste essentiellement à s'assurer que les plans et devis soient respectés et que les travaux ne soient pas bloqués en raison des équipements de services d'utilité publique (téléphone, électricité).

Biographie : Michel Paquette Biographie : Michel Paquette

La voie royale pour les extras, selon Zambito

Lors de son témoignage devant la commission, le 1er octobre, Lino Zambito a dit que Michel Paquette et François Thériault collaboraient dans le stratagème des extras bidons réclamés par des entrepreneurs en construction.

Michel Paquette, a-t-il dit, « faisait ce qu'il avait à faire pour que les extras, quand il y avait des extras bidons, ça fonctionne ». Il a estimé avoir fait deux projets avec lui, mais n'en a finalisé aucun puisque sa compagnie a fait faillite.

François Thériault « fonctionnait dans le stratagème » lui aussi, a-t-il ajouté. « À son niveau, il était capable, sur le chantier, d'autoriser certains extras, parce que c'est lui qui gardait le journal quotidien des opérations ».

« C'était facile de s'organiser avec lui [F. Thériault] pour, oui c'est payable, non ce n'est pas payable. Puis, quand tu t'organisais avec lui, bien, c'était autorisé, et [...] la documentation était envoyée à l'ingénieur comme de quoi c'était payable. » — Lino Zambito

Zambito a dit que François Thériault touchait un pot-de-vin équivalant à 15 % des faux extras touchés par l'entrepreneur.

Luc Leclerc a pour sa part affirmé qu'il bénéficiait d'une bonne « complicité » avec François Thériault et Michel Paquette.

Un document déposé en preuve mardi par la commission a permis d'établir que les deux hommes travaillaient beaucoup plus fréquemment avec Luc Leclerc qu'avec d'autres ingénieurs responsables de la surveillance des chantiers.

Selon ce document, entre 1999 et 2011, François Thériault a été surveillant de chantier pour Luc Leclerc pour un total de 53 contrats et Michel Paquette pour 30 autres contrats. M. Leclerc a eu la charge de 181 contrats en tout durant cette période.

Un texte de François Messier et Bernard Leduc

info en continu

Facebook