Radiologistes au Québec : rémunération moyenne de 527 000 $

Les radiologistes : les médecins les mieux payés

Exclusif - Les revenus de certains médecins spécialistes peuvent surprendre. Les radiologistes, qui sont les médecins québécois les mieux payés, ont une rémunération annuelle moyenne de 527 000 $, en plus des honoraires qu'ils facturent en cabinet pour des actes non couverts par la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ).

Le président de l'Association des radiologistes du Québec, Frédéric Desjardins, estime qu'une trentaine de radiologues facturent chacun plus de 1 million de dollars par année au système de santé. Cela s'expliquerait, selon lui, par un gain de productivité dû à l'informatisation qui leur permet de traiter un plus grand nombre de patients.

La rémunération des 613 radiologistes coûte à l'État québécois plus de 300 millions de dollars annuellement. Il s'agit de la plus importante masse salariale de toutes les spécialités médicales.

En outre, la RAMQ paie un plus grand montant pour certains actes médicaux lorsqu'ils sont effectués en clinique plutôt qu'à l'hôpital, afin d'aider les radiologistes à payer le coût des locaux, les taxes, les assurances et l'équipement.

Ainsi, une radiographie facturée 9 $ lorsqu'elle est effectuée à l'hôpital coûte plutôt 34 $ à la RAMQ lorsqu'elle est pratiquée en clinique.

Au total, ces frais supplémentaires représentent environ le quart des revenus de l'ensemble des radiologistes.

  • 50 % des radiologistes travaillent exclusivement à l'hôpital
  • 35 % travaillent à l'hôpital et en clinique
  • 15 % ne travaillent qu'en clinique

Le Dr Gaétan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) et lui-même radiologiste, demande depuis longtemps que ces frais soient séparés de la rémunération directement liée aux gestes médicaux.

La rémunération des médecins en 7 points

Pierre Thomas Léger, professeur agrégé à l'Institut d'économie appliquée à HEC Montréal, estime que ces frais techniques sont en fait des subventions aux cliniques. « Nous, comme consommateurs [...] on paye premièrement pour nos services, ensuite on paye [...] une subvention pour une entreprise qui est privée, et ensuite on réalise qu'on a subventionné une entreprise qui ne fait même pas face à de la concurrence », explique-t-il.

En outre, les échographies, les radiologies et les examens de résonnance magnétique ne sont pas couverts par la RAMQ lorsqu'ils sont effectués en clinique, mais payés par les patients eux-mêmes. Il s'agit donc d'un revenu additionnel pour les radiologistes.

Le gouvernement libéral de Jean Charest envisageait de permettre le remboursement par la RAMQ des échographies réalisées en clinique. Selon Alain Vadeboncoeur, président de Médecins québécois pour le régime public, cela contribuerait à la diminution des listes d'attente.

Mais les radiologistes, qui craignent de perdre des revenus, ne sont pas très chauds à cette idée, comme l'explique le Dr Frédéric Desjardins, président de l'Association des radiologistes du Québec : « Philosophiquement, je pense que mes membres sont d'accord pour que ce soit tarifé par la RAMQ. Par contre, tarifé à combien? Actuellement, ce qui était sur la table avec l'ancien gouvernement, c'était des tarifs très très bas. Nous, on pense que ça va fragiliser l'ensemble des réseaux de cabinets de radiologie. »

En attendant, la Fédération des médecins spécialistes a mis en place un mécanisme pour réduire l'écart de revenu entre les radiologistes et les autres spécialistes.

Un reportage de Michel Rochon

Des ententes respectées et négociées par Québec

Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

Questionné par les journalistes sur la rémunération annuelle des médecins radiologistes, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, a reconnu la situation en rappelant qu'il s'agit de conditions de travail négociées avec l'ancien gouvernement.

« Les radiologistes, comme les médecins spécialistes, ont conclu une entente de bonne foi avec le gouvernement du Québec et nous vivons avec cette entente. Il appartient à la Fédération des médecins spécialistes de s'assurer de l'équité entre les différentes spécialités. Ça, ce n'est pas négocié avec le gouvernement, ça appartient à la fédération », a expliqué Réjean Hébert.

Les radiologistes ne sont pas surpayés, selon Gaétan Barette

Réagissant au reportage sur les ondes de RDI, le Dr Gaétan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes, a défendu le droit de ses membres d'être productifs et de recevoir des honoraires élevés, tout en maintenant qu'ils ne sont pas surpayés.

Gaétan Barette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec Gaétan Barette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

« Ça vaut combien de lire une mammographie pour dépister un cancer? Est-ce que ça vaut au moins autant que de changer un pneu à l'arrivée de la saison d'hiver? [...] Nous sommes des professionnels qui ont une expertise et cette expertise elle a un prix. »

Il insiste sur le fait que les radiologistes travaillant en clinique ont des frais élevés (pour les appareils, les locaux et le personnel de soutien, notamment), qui peuvent représenter jusqu'à 70 % de la rémunération qu'ils reçoivent de la RAMQ.

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook