La commission Charbonneau

Mise en cause par Lino Zambito, la députée caquiste Hélène Daneault se défend

François Messier
Radio-Canada
La députée caquiste de Groulx, Hélène Daneault. La députée caquiste de Groulx, Hélène Daneault.  Photo :  Site de la CAQ

Lino Zambito affirme qu'il a payé de sa poche pour que l'ex-mairesse de Rosemère Hélène Daneault puisse participer à une activité de financement du Parti libéral du Québec qui s'est tenue en octobre 2008 au Louis-Hébert de Québec. Hélène Daneault s'en défend.

Ces allégations lancées la semaine dernière par l'ex-propriétaire d'Infrabec devant la commission Charbonneau étaient frappées d'un interdit de publication, mais la diffusion de certaines portions a finalement été autorisée mardi en raison d'une entente entre les avocats des médias et le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Selon M. Zambito, Mme Daneault a aussi été invitée par la firme de génie BPR-Triax pour participer à une activité de financement qu'il avait lui-même organisée au profit de l'ex-vice première ministre du Québec Nathalie Normandeau en janvier 2008, au restaurant L'Unique de Laval. On ne sait pas si Mme Daneault a accepté l'invitation.

Plusieurs maires avaient été invités pour ce dernier évènement, et pour cause. Lino Zambito a déclaré à la commission qu'il avait spécifiquement demandé à ses contacts dans les firmes de génie-conseil et dans les entreprises en construction d'inviter des élus municipaux pour l'occasion.

Le maire de Saint-Jérôme, Marc Gascon, avait par exemple été invité par Gilles Desrochers de Construction ABC Rive-Nord, tandis que le maire de Blainville, François Cantin, avait été invité par Dominic Cayer du groupe Domco. Le maire de Sainte-Agathe, Laurent Paquette, avait aussi été invité par quelqu'un, a-t-il dit.

Mme Daneault a été élue députée de Groulx le 4 septembre dernier. Elle a défait le candidat péquiste Raymond Archambault. Le chef de la CAQ François Legault l'a désignée comme porte-parole de son parti en matière de santé et de services sociaux.

Au sein du caucus de la CAQ, Mme Daneault a notamment comme collègue l'ex-témoin-vedette de la commission Charbonneau, Jacques Duchesneau, que François Legault a déjà qualifié d'Elliott Ness québécois, en référence à l'incorruptible policier qui a réussi à faire arrêter le gangster américain Al Capone.

Hélène Daneault se défend

Tout en reconnaissant avoir « participé à des activités organisées par le PLQ », à titre de mairesse de Rosemère de 2005 à 2012, Hélène Daneault a expliqué dans un communiqué que « lors de ces occasions, jamais personne -ni au PLQ, ni au sein d'entreprises ou de firmes quelconques- n'a suggéré ou laissé entendre que mon billet avait été payé par qui que ce soit.

« Comme mairesse, j'étais régulièrement invitée à divers événements sans qu'on me demande de payer mon billet, et j'ai toujours cru et considéré que ces invitations étaient faites à titre honorifique, sans contrepartie quelconque. On ne m'a jamais envoyé de reçu de financement. » — Hélène Daneault

Mme Daneault ajoute que « s'il s'avère que des individus ou des firmes ont déjà utilisé mon nom -à mon insu- pour contribuer illégalement à la caisse électorale d'un parti politique, je n'en avais aucune connaissance, et ces activités étaient entièrement en dehors de mon contrôle ».

Mardi soir, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a démenti les propos de Lino Zambito. « Après vérification, la mairesse de Rosemère était invitée gratuitement aux activités du PLQ. Elle faisait son travail de représentation », a-t-il écrit sur Twitter peu avant 22 h.

« Soyons clairs : Mme Daneault n'a pas fait de dons illégaux », a-t-il ajouté, se demandant plutôt qui avait « sollicité et accepté des dons politiques illégaux ».

Le maire de Blainville nie aussi

Dans un communiqué publié mercredi, le maire de Blainville, François Cantin, reconnaît avoir assisté à un événement organisé par le PLQ, mais nie avoir été invité par le président du Groupe Domco, Dominic Cayer.

« Il est tout à fait vrai que j'ai été invité, à titre de maire, à rencontrer la ministre Normandeau dans un événement àLaval mais ce n'est pas M. Cayer qui m'a invité, même s'il m'accompagnait », affirme-t-il.

« M. Cayer est le consultant de Blainville en communication et il travaille aussi avec plusieurs municipalités qui étaient également représentées à cette activité. Sa présence n'était donc pas exceptionnelle », ajoute M. Cantin.

« À chaque fois que je suis invité par un ministre ou un député et que j'ai l'occasion de défendre des dossiers pour Blainville, je le fais car j'ai un devoir de représentation à accomplir. Dans cecas-ci, j'avais parlé à la ministre Normandeau du projet Paul-Albert. Quant à M. Zambito, je ne le connais pas personnellement et nous n'avons jamais eu de conversation comme telle », conclut le maire de Blainville.

Un texte de François Messier

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook