L'interruption de la filature d'un ex-dirigeant de la FTQ-Construction soulève des questions

Le reportage d'Alain Gravel

Exclusif - Une filature policière impliquant un ancien dirigeant de la FTQ-Construction, Eddy Brandone, a été interrompue après qu'il fut entré en contact avec le premier ministre Jean Charest au lendemain des premières révélations d'Enquête sur l'industrie de la construction.

Selon ce qu'a appris Radio-Canada, l'incident a suscité la grogne de certains enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ), qui s'interrogent sur les raisons de cette interruption. Eddy Brandone est un militant de longue date du Parti libéral du Québec.

Le 6 mars 2009, au lendemain de la diffusion du reportage de l'émission Enquête sur les dépenses excessives de l'ancien directeur général de la FTQ-Construction Jocelyn Dupuis et sur ses liens avec la mafia, Eddy Brandone faisait déjà l'objet d'une filature menée par la SQ. Après ces révélations, les enquêteurs voulaient connaître les allées et venues de M. Brandone, qui dirigeait les finances de la FTQ-Construction durant la période couvrant les dépenses excessives de Jocelyn Dupuis.

M. Brandone a d'abord été vu au chic restaurant Otto de l'hôtel W, au centre-ville de Montréal, puis dans un édifice du boulevard Crémazie Ouest, dans le nord de la métropole, où il se trouvait en compagnie d'un dirigeant du Fonds de Solidarité FTQ.

La filature a abouti à l'hôtel Courtyard Marriot, à Dorval, où Jean Charest rencontrait des représentants des communautés inuites avec des ministres fédéraux et provinciaux. À la pause du dîner, Eddy Brandone s'est approché du premier ministre et s'est brièvement entretenu avec lui.

Un ordre a ensuite été donné d'interrompre la filature, ce qui s'appelle un B/O (pour black out) dans le jargon policier. Cet événement a soulevé des questions : qui a donné cet ordre et pourquoi y a-t-il eu cette interruption après la rencontre avec le premier ministre au milieu de la journée?

La Sûreté du Québec a refusé de commenter l'incident en disant que cette filature fait partie de la preuve policière dans le dossier de Jocelyn Dupuis. « Je ne peux pas élaborer quant au contenu de ce dossier-là [...] parce qu'il y a une personne qui fait l'objet d'accusations présentement devant les tribunaux, et je ne voudrais pas nuire au processus judiciaire », a expliqué le porte-parole de la SQ Guy Lapointe.

Il a assuré du même souffle que jamais il n'y a eu d'intervention politique dans cette affaire. « La Sûreté du Québec jouit d'une complète et totale indépendance. Il n'y a personne qui est au-dessus des lois, il n'y a personne qui est à l'abri des enquêtes et, de ce côté-là, on a une totale indépendance », a soutenu M. Lapointe.

Jean Charest nie être intervenu

Dans une lettre envoyée à l'équipe d'Enquête, l'attaché de presse de Jean Charest indique qu'« il est possible qu'il [...] ait croisé M. Brandone » lors de l'événement avec les représentants des communautés inuites. Il n'indique cependant pas si les deux hommes se sont parlé.

« Nous sommes estomaqués par les prétentions absurdes et sans fondement que vous faites à l'effet que M. Charest ait pu avoir un quelconque lien avec une opération policière de filature et, a fortiori, avec l'interruption de celle-ci », poursuit la lettre. L'attaché de presse conclut que « M. Charest et les membres du gouvernement n'interviennent jamais dans les enquêtes policières ».

Mercredi soir, après la diffusion des reportages d'Alain Gravel et de Marie-Maude Denis, Jean Charest a nié toute intervention pour faire arrêter la filature.

Alain Gravel et Marie-Maude Denis : un sans-faute conclut l'ombudsman, qui émet quand même des critiques
Lire la révision de l'ombudsman de la Société Radio-Canada
Lire la mise au point de la Direction générale de l'Information de Radio-Canada

Les explications d'Eddy Brandone

En 2010, lors d'une rencontre filmée par une caméra cachée avec Eddy Brandone, l'équipe d'Enquête lui a demandé pourquoi il est allé rencontrer Jean Charest le 6 mars 2009. « Il y avait une rencontre des Premières Nations ici, alors j'ai été invité là, et Jean était là. Je savais qu'il était pour être là, et comme j'étais informé [...] on a été là bien plus pour faire du PR [relations publiques] avec les Indiens », a-t-il répondu.

M. Brandone a soutenu qu'il voulait vendre à l'époque des roulottes de chantier aux Inuits et que sa rencontre avec le premier ministre était anodine. « J'ai juste dit bonjour, on a jasé 30 secondes », a-t-il dit.

Une source chez les représentants des Inuits qui a été témoin de la scène le contredit. Elle affirme qu'Eddy Brandone n'était pas invité à la réunion et que ce dernier lui a affirmé que le seul but de sa présence était de voir Jean Charest. Toujours selon cette source, la conversation entre le premier ministre et M. Brandone a duré deux minutes lors de la pause du dîner.

Mardi, quand Enquête lui a reparlé de sa rencontre avec Jean Charest, Eddy Brandone a tout nié.

Qui est Eddy Brandone?

Lors de la rencontre filmée à son insu, Eddy Brandone a affirmé qu'il connaît Jean Charest depuis 1993, alors que ce dernier était candidat à la direction au Parti conservateur du Canada. M. Brandone militait alors aux côtés de Tony Tomassi, l'ex-ministre libéral déchu qui fait aujourd'hui face à des accusations de fraude pour avoir présumément utilisé une carte de crédit de la firme de sécurité BCIA, l'entreprise de Luigi Coretti.

Ces dernières années, Eddy Brandone était présent à plusieurs événements de financement du PLQ, comme en témoignent des photos.

Le militant a des contacts dans le monde légitime et semble en avoir également dans le monde interlope. Il a confirmé qu'il était proche de Johnny Bertolo, un caïd de la mafia assassiné en 2005, et bien qu'il se défende d'en être un ami intime, il a admis qu'il connaît Raynald Desjardins, un mafieux notoire aujourd'hui accusé de meurtre.

Eddy Brandone et sa famille ont acheté quatre unités dans un immeuble résidentiel de Saint-Léonard, où plusieurs proches de la mafia et des dirigeants de la FTQ-Construction avaient aussi des condos.

Des policiers témoignent

Convaincus que parler publiquement mettrait un terme à leur carrière, quatre policiers proches de l'enquête ont accepté de parler de cette filature de façon anonyme.

  • Un premier policier a déclaré : « De façon générale, il y a un principe non écrit de protection du gouvernement. Il ne faut pas laisser l'impression qu'une enquête criminelle s'approche du premier ministre. »
  • Un autre policier croit plutôt que « le responsable de l'opération a tout simplement paniqué quand il a vu le PM [premier ministre] et a décidé d'ordonner un black out, sans en parler à l'état-major ».
  • Une troisième source explique que « normalement, quand on fait une filature, c'est pour voir qui le sujet va aller rencontrer. C'était complètement inhabituel de cesser la filature ».
  • Un quatrième policier a affirmé que « c'était bizarre d'arrêter la filature parce qu'ils étaient à une étape où chaque détail compte [...] Cet événement a clairement créé un malaise ».

Le mystère autour de cet incident déborde les rangs de la Sûreté du Québec puisqu'il fera vraisemblablement partie des travaux de la commission Charbonneau cet automne.

D'après les reportages d'Alain Gravel et de Marie-Maude Denis