Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Les universités sont dans une spirale inflationniste, selon un professeur de HEC Montréal

Le reportage de Benoit Giasson

Un spécialiste du contrôle des coûts dans les universités croit qu'en raison de leur mode de financement, celles-ci sont lancées dans une spirale inflationniste.

L'idée de créer un comité provisoire visant à déterminer où couper dans le budget des universités, incluse dans l'entente de principe entre Québec et les associations étudiantes annoncée samedi dernier, indispose les recteurs qui assurent qu'il n'y a pas de surplus dans leur établissement.

Hugues Boisvert, professeur de comptabilité à HEC et titulaire de la Chaire internationale CMA (comptabilité de management) d'étude des processus d'affaires, croit que si le comité provisoire voit le jour, les universités pourraient réaliser des économies. « Si on a les coûts les plus élevés au Canada - ce qui m'a fait sursauter, c'est qu'il y a des pratiques qui sont inefficaces », soutient-il.

Selon les données publiées par le ministère de l'Éducation, rien ne prouve que les universités québécoises soient sous-financées. Au Québec, le coût moyen par étudiant est de 29 242 $, soit près de 3000 $ de plus qu'en Ontario (26 383 $). La moyenne canadienne est quant à elle de 28 735 $.

Coût moyen par étudiant universitaire

L'effet pervers, selon le professeur Boisvert, c'est celui du mode de financement basé sur le nombre d'étudiants, qui pousse les universités à en augmenter leur clientèle coûte que coûte. « La formule de financement est un encouragement direct à accroître la clientèle. Si tu ne te donnes pas un mécanisme modérateur pour contrôler les coûts, tu vas augmenter la clientèle à n'importe quel coût », explique-t-il.

Alors que l'Université de Sherbrooke a inauguré son campus à Longueuil, l'Université de Montréal vient d'ouvrir le sien à Laval. L'Université du Québec à Rimouski a pour sa part un campus à Lévis, mais toutes les universités dépensent des sommes importantes en publicité visant à recruter des étudiants.

« On appelle ça une spirale inflationniste. Tu augmentes ton budget, tu augmentes tes coûts. Tu n'es pas capable de couvrir ton budget, tu dis que tu es sous-financé », poursuit M. Boisvert.

Des dépenses qui répondent aux besoins

La vice-rectrice du campus de Longueuil de l'Université de Sherbrooke soutient pour sa part que l'expansion répond plutôt au besoin de la population de la banlieue sud de Montréal.

« Ce sont des programmes spécialisés de l'Université de Sherbrooke et deuxièmement, sur le volume d'activité de l'Université de Sherbrooke, le nombre total d'étudiants, ce ne sont pas les étudiants de Longueuil qui viennent financer le reste du campus », soutient Lyne Bouchard.

« On répond à des besoins exprimés par les communautés et on augmente l'accessibilité. On constate que lorsqu'un campus satellite est créé, le taux de participation aux études universitaires dans la région augmente », précise Daniel Zizian, PDG de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ).

En région, le recteur de l'Université du Québec en Outaouais jure qu'il n'y a plus de marge de manoeuvre. « Lorsqu'on a une organisation qui a 10 fois plus de budget, les marges de manoeuvre sont beaucoup plus grandes qu'un petit établissement », affirme Jean Vaillancourt.

Le professeur Boisvert croit toutefois que les économies se cachent dans le détail des budgets, et que la marge de manoeuvre est importante. La bonne façon de trouver des moyens d'économiser consiste à comparer les différents services d'une université à l'autre. « Ça peut être des bibliothèques, de l'informatique, de l'administration, l'entretien des bâtiments », poursuit-il.

En identifiant les meilleures pratiques, il suffirait alors d'inciter les autres universités à suivre l'exemple et économiser.

Le Comité provisoire des universités risque pourtant de se heurter à un obstacle majeur, puisque l'information n'est pratiquement pas disponible. Le professeur Boisvert croit que la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, devra exiger des universités qu'elles fournissent les détails des données financières de tous leurs services.

D'après le reportage de Benoit Giasson

info en continu

mercredi 17 décembre

Facebook