Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Différentes mesures atténueront la hausse des droits de scolarité

Les trois leaders étudiants Les trois leaders étudiants

Le gouvernement du Québec et les fédérations étudiantes se sont entendus sur une proposition (lisez le texte intégral ci-dessous) qui sera soumise aux associations étudiantes cette semaine.

Le texte négocié par les associations étudiantes

En conférence de presse, samedi soir, les dirigeants des trois principales fédérations étudiantes ont confirmé que la hausse des droits de scolarité sur sept ans de 1778 dollars (soit 254 $ par année) aura lieu, mais, selon eux, la facture étudiante n'augmentera pas pour autant.

La hausse serait compensée par une baisse égale des frais afférents, dans un premier temps, à l'automne 2012. Puis, des sommes seront dégagées et réinvesties au profit des étudiants en corrigeant « les dérives » dans la gestion des universités grâce au travail d'un conseil provisoire qui sera mis sur pied, ont soutenu les leaders étudiants.

« On peut parler d'un nouveau pacte gagnant-gagnant. » — Le président de la FECQ, Léo Bureau-Blouin

« Le pari qu'on fait est qu'il est possible de dégager des millions et des millions de dollars qui, plutôt que de retourner dans le fonds consolidé, vont retourner en diminution de la contribution étudiante », a soutenu le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin.

Au total, « la facture étudiante n'augmentera pas », affirme Gabriel Nadeau-Dubois, de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) : « Ce que l'offre d'aujourd'hui démontre, c'est que notre grève a porté fruit ».

Le conseil provisoire composé des différents acteurs du milieu universitaire, dont le rapport est prévu pour la fin décembre, devrait déboucher sur la mise sur pied d'un conseil permanent.

« Les étudiants ont fait des concessions, le gouvernement aussi, si bien que la facture des étudiants demeurera stable. Les assemblées générales se saisiront de cette question et les membres pourront choisir s'ils jugent cette offre suffisante. » — Martine Desjardins, présidente de la FEUQ

« On comprend très bien qu'on s'inscrit dans un cadre électoral, et qu'il est fort probable que l'entente que l'on a pourrait changer advenant le fait que les libéraux ne seraient plus au pouvoir », a ajouté Mme Desjardins, présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ).

Les ajustements aux prêts et bourses proposés par le gouvernement dans son offre du 27 avril sont inclus dans l'offre, ainsi que le principe du remboursement proportionnel au revenu.

Ces ajustements permettront aux étudiants dont la famille a un revenu inférieur à 60 000 $ de bénéficier d'une bourse d'études et à ceux dont la famille gagne moins de 100 000 $ de bénéficier d'un prêt.

Les représentants de la FECQ, de la FEUQ, et de la CLASSE présenteront à leurs membres, au cours des prochains jours, la nouvelle offre du gouvernement, fruit de 22 heures de négociations pour tenter de mettre fin au conflit étudiant.

Les représentants des fédérations étudiantes n'appellent leurs membres ni à appuyer ni à rejeter l'offre.

« C'est une offre, ce n'est pas la fin de la grève, ce seront les assemblées générales qui se positionneront sur le contenu de cette offre la semaine prochaine », a résumé Gabriel Nadeau Dubois, porte-parole de la CLASSE.

Martine Desjardins, présidente de la FEUQ, a également fait preuve de retenue, indiquant qu'il ne s'agissait pas « de la fin, mais d'un début de fin » du conflit étudiant.

Le contenu a été rendu public autour de 20 h samedi soir, après que les associations en aient pris connaissance.

La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, accompagnée de la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne, en point de presse, samedi La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, accompagnée de la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne, en point de presse, samedi  Photo :  PC/Clement Allard

La ministre soulagée

Visiblement soulagée, la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, a dit espérer que les fédérations étudiantes soumettent à leurs membres l'offre de Québec le plus rapidement possible.

« La hausse des droits de scolarité est maintenue et c'est une hausse dont les étudiants devront acquitter la facture », a précisé la ministre.

Elle a par la suite expliqué les objectifs du conseil provisoire qui sera mis sur pied, ainsi que le caractère encore incertain des économies qu'il pourrait identifier.

« Dans la mesure où il y a des économies à faire pour une gestion optimale des universités, dans la mesure où il y a des sources d'économie dûment identifiées par l'ensemble des partenaires d'un conseil des universités, eh bien la facture des frais institutionnels obligatoires, une autre facture qu'ils ont à acquitter, cette facture-là pourrait être déduite des montants identifiés », a affirmé la ministre.

À Victoriaville pour le conseil général du Parti libéral, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a parlé pour sa part d'une « excellente nouvelle pour les Québécois ».

« On va prendre ça une étape à la fois » — le premier ministre Jean Charest

« L'objectif, c'est de permettre aux étudiants de retourner à leurs cours et de créer un espace de discussion, un espace où on peut se parler », a commenté le premier ministre.

Cette entente a également satisfait la Fédération des cégeps du Québec, tout comme les dirigeants syndicaux, Réjean Parent (CSQ), Louis Roy (CSN) et Michel Arsenault (FTQ), qui participaient également aux discussions.

« On a les éléments qu'il faut pour ramener nos étudiants sur les bancs d'école », a déclaré le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne.

La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) espère que l'entente saura ramener les étudiants en classe « dans les meilleurs délais ».

De longues négociations

La rencontre pour tenter de dénouer la crise provoquée par l'augmentation des droits de scolarité avait commencé vendredi en fin d'après-midi, à Québec, entre les représentants de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) et la Conférence des recteurs et des principaux des universités (CREPUQ), la ministre de l'Éducation la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne et le ministre délégué aux Finances, Alain Paquet.

Samedi matin, certains représentants des différentes instances disaient que les négociations progressaient, que le ton était cordial et que les discussions portaient sur le coeur du conflit étudiant.

La ministre de l'Éducation avait d'ailleurs renoncé à se rendre comme prévu à Victoriaville, samedi midi, où elle devait donner, avec le ministre des Finances, Raymond Bachand, une conférence sur la hausse des droits de scolarité aux militants du Parti libéral du Québec (PLQ) réunis en conseil général.

En tout, les négociations ont duré 22 heures.

Les représentants des associations étudiantes, y compris celui de la CLASSE - l'association la plus radicale - ont unanimement condamné les actes de violence commis lors de la manifestation de vendredi soir au conseil général du Parti libéral, à Victoriaville, où une centaine de manifestants ont été arrêtés.

En complément