Manifestations contre le Plan Nord: 90 arrestations

2e journée du Plan Nord

Le SPVM a arrêté 90 manifestants samedi devant le Palais des congrès de Montréal au motif qu'ils participaient à un attroupement illégal. Selon le SPVM, aucun incident de vandalisme n'a cependant été rapporté.

La manifestation, de bien moindre envergure que vendredi, a été déclarée illégale vers 11h45.

Le président du groupe indépendantiste Réseau de résistance du Québécois (RRQ), Patrick Bourgeois, fait partie des manifestants arrêtés.

Outre des membres du RRQ et de Innu Power, quelques centaines de personnes participaient à la manifestation.

Le RRQ avait dressé des tentes pour accueillir des femmes innues qui ont marché depuis Maliotenam, sur la Côte-Nord, pour venir dénoncer le Plan Nord et ses impacts éventuels sur les territoires traditionnels des autochtones. Des étudiants participaient aussi à la manifestation.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, s'est rendu sur place en début d'après-midi. Il s'est indigné du grand nombre d'arrestations malgré le petit nombre de casseurs.

« Est-ce qu'on a mis tous les ingénieurs en prison parce que quelques firmes d'ingénierie organisent la collusion et la corruption? » a-t-il demandé, ajoutant qu'il avait l'intention d'appeler le ministre de la Sécurité publique Robert Dutil pour lui faire part de ce qu'il a vu et des témoignages qu'il a récoltés.

Plus tôt, des centaines de chercheurs d'emploi s'étaient massés à l'entrée du Palais des congrès pour assister à la foire de l'emploi du Salon Plan Nord, après l'annulation vendredi de l'événement en raison de violentes manifestations. Ils avaient la possibilité d'y remettre leur curriculum vitae à d'éventuels employeurs. Selon la Chambre de commerce, environ 2500 personnes seraient parvenues à rencontrer des employeurs.

Le Salon Plan Nord vise à permettre aux entrepreneurs et aux travailleurs de voir comment tirer parti du projet lancé par le gouvernement Charest.

Facebook