Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Les manifestations tournent à l'émeute au centre-ville de Montréal

Intervention policière face aux manifestants au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne

Des affrontements ont opposé vendredi des policiers et des centaines de manifestants aux abords du Palais des congrès de Montréal, où se déroule le Salon Plan Nord.

Les heurts ont éclaté en fin d'avant-midi. Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont repoussé en force plusieurs dizaines de manifestants qui ont tenté d'investir le Palais des congrès en s'engouffrant dans les garages et les portes principales du bâtiment.

L'objectif avoué par les organisateurs de la manifestation, la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), était de perturber le déroulement du salon où le premier ministre Jean Charest devait prendre la parole devant des hommes d'affaires et des membres de l'industrie minière.

Les forces policières ont eu recours à des gaz lacrymogènes, du poivre de cayenne et diverses armes non létales pour disperser la foule. Des cordons de policiers ont aussi multiplié les charges stratégiques pour tenir les manifestants à distance.

Bilan du SPVM samedi matin

18 arrestations

Des méfaits commis sur des véhicules et sur des commerces, entre autres

6 personnes légèrement blessées, 4 policiers et 2 citoyens

Des projectiles lancés sur l'autoroute Ville-Marie (720), sans atteindre de cible

De nombreuses vitres ont été fracassées et des gestes de vandalisme ont été commis au Palais des congrès ainsi que dans les rues avoisinantes. Plusieurs vitrines et des façades de commerces ont été fracassées et endommagées.

Le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, croit que la contestation étudiante n'est pas la seule responsable des débordements. « Il y avait des gens [...] qui avaient des casques de vélo, des casques de ski et des lunettes, qui avaient le visage caché par une cagoule et qui étaient là vraiment pour se battre avec les policiers. Et j'aurais beaucoup de misère à attribuer ça seulement au mouvement étudiant. Il y a peut-être des gens avec des intentions criminelles qui ont décidé de se joindre à ce mouvement-là », a-t-il dit lors d'un point de presse où il dressait le bilan de l'opération policière.

Des organismes et des groupes militants se sont joints vendredi matin à la manifestation. Plusieurs d'entre eux ont cependant quitté les lieux lorsque la manifestation a dérapé. Des membres de la CLASSE auraient aussi quitté les lieux, selon un journaliste de Radio-Canada sur les lieux.

Des agents de la Sûreté du Québec en uniforme antiémeute sont aussi intervenus.

Jean Charest, de fermeté à légèreté

Lors d'une allocution dans le cadre du Salon Plan Nord, le premier ministre du Québec, Jean Charest, y est allé d'une blague sur les manifestants fort mal reçue tant par les associations étudiantes que les partis d'opposition. Dans un communiqué, M. Charest a dit avoir été cité hors contexte.

Le site du ministère de l'Éducation a été piraté, comme le montre cette image :

Le site du ministère de l'Éducation piraté

La manifestation des étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité de 1625 $ sur cinq ans décrétée par le gouvernement libéral a été placée sous le slogan : « Le 20 avril, annulons le Salon Plan Nord. Non à la gratuité minière! Oui à la gratuité scolaire! »

Dans l'attente des négociations

Les négociations entre la ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, et les leaders des principales associations étudiantes n'auront pas lieu avant lundi, au plus tôt.

La ministre a invité la Fédération étudiante collégiale (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) à des pourparlers sur la gestion des universités et l'accessibilité aux études, jeudi, mais pas la CLASSE.

La ministre explique cette décision par le fait que la CLASSE n'a pas condamné explicitement et publiquement les violences commises. La FECQ et la FEUQ ont répliqué qu'elles voulaient laisser à la CLASSE le temps de se prononcer sur l'opportunité de « condamner la violence » lors de son congrès de la fin de semaine, en espérant pouvoir se présenter avec eux devant la ministre par la suite.

Pour relire notre couverture de la journée :

Les cours sont suspendus à l'UQO et à l'UdeS

Il n'y a pas eu de cours vendredi à l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et à l'Université de Sherbrooke (UdeS), même si elles sont visées par un ordre de la Cour les intimant de reprendre leurs activités.

La direction de l'UQO a fait savoir jeudi qu'elle suspendait tous ses cours aux pavillons Lucien-Brault et Alexandre-Taché pour des « raisons de sécurité » motivées par les « événements survenus au campus de Gatineau » jeudi. Cette levée de cours se poursuivra lundi.

Depuis le début de la semaine, les étudiants grévistes défient sans relâche l'injonction accordée par la justice la semaine dernière, dans un climat très tendu. Plus de 300 personnes ont été arrêtées au cours des deux derniers jours.

À l'UdeS, la levée des cours, initialement prévue jeudi midi, se poursuivra jusqu'à lundi. La décision a été prise après avoir discuté avec « les représentants des associations étudiantes des modalités nécessaires à mettre en place pour se conformer à l'injonction ».

Plus tôt cette semaine, l'Université de Montréal a aussi décidé de suspendre les cours dans les départements qui sont touchés par des mouvements de grève, après avoir tenté en vain de forcer un retour en classe.

Selon la CLASSE, 168 000 étudiants des cégeps et universités du Québec sont actuellement en grève au Québec. Certains débraient depuis maintenant 10 semaines.

Des policiers intervenant au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne
Manifestants et policiers au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne
Des manifestants et des policiers au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne
Un manifestant blessé au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne
Manifestants et policiers au Palais des congrès  Photo :  Luc Lavigne
L'escouade anti-émeute du SPVM intervient L'escouade anti-émeute du SPVM intervient
Un étudiant blessé à un oeil par un projectile tiré par les policiers. Un étudiant blessé à un oeil par un projectile tiré par les policiers.

En complément

info en continu

Facebook