Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Grève étudiante : coups d'éclat dans plusieurs villes du Québec

Des manifestants bloquent le boulevard René-Lévesque, à Montréal Des manifestants bloquent le boulevard René-Lévesque, à Montréal  Photo :  PC/Ryan Remiorz

De Rimouski à Gatineau, en passant par Québec et Montréal, des groupes de manifestants opposés à l'augmentation des droits de scolarité ont une fois de plus réalisé des coups d'éclat mercredi.

En matinée, les policiers ont eu recours à la matraque et au poivre de Cayenne pour disperser la foule d'environ 300 personnes qui ont tenté de bloquer des entrées du Port de Montréal. Les étudiants ont ensuite provoqué la fermeture de la rue Notre-Dame dans les deux directions.

Le porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a expliqué que les manifestants souhaitaient viser une cible qui génère d'importantes retombées économiques. « Comme on le dit souvent, le gouvernement libéral ne semble comprendre que le langage de l'argent, c'est pour ça qu'on fait des actions de perturbations économiques », a-t-il dit.

Après leur éviction du port, les manifestants ont joué au chat et à la souris avec les policiers pendant tout l'après-midi dans les rues de la métropole, ce qui a perturbé la circulation.

Des étudiants manifestent devant la résidence montréalaise du premier ministre Jean Charest. Des étudiants manifestent devant la résidence montréalaise du premier ministre Jean Charest.

En soirée, quelque 150 étudiants se sont rendus à Westmount pour manifester devant la résidence du premier ministre Jean Charest.

Munis de lampes de poche, certains d'entre eux ont éclairé pendant une vingtaine une résidence situé sur une rue habituellement très paisible. Les étudiants se sont cependant trompés, de peu, de demeure, éclairant celle du voisin du Jean Charest.

Tous les manifestants se sont dispersés dans le calme peu après 20 h 30, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Ils étaient partis de la station de métro Édouard-Montpetit vers 19 h, répondant ainsi à l'appel lancé par la Fédération collégiale du Québec (FECQ) pour participer à cette marche nocturne.

Devant les bureaux du PLQ

Plus tôt mercredi matin, une cinquantaine d'étudiants ont empêché des employés permanents du Parti libéral du Québec de se rendre à leurs bureaux. Ils se sont rassemblés devant l'entrée de l'édifice de la rue Waverly sur le toit duquel se trouvaient des manifestants qui ont déroulé une banderole.

« Ces gens-là ont monté sur le toit hier [mardi], ils ont peut-être même dormi là », a expliqué le président de l'Association générale des étudiants du Cégep Ahuntsic, Félix Desormeaux.

« Les libéraux nous bloquent l'accès à l'éducation, alors nous allons leur bloquer l'accès à leurs locaux, a ajouté le responsable des affaires externes de l'association, Vincent Fortier-Martineau. On veut démontrer que les étudiants sont prêts à aller jusqu'au bout pour négocier avec le gouvernement. »

Des manifestants sur le toit des bureaux du Parti libéral du Québec Des manifestants sur le toit des bureaux du Parti libéral du Québec  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Un café pour le premier ministre

À Québec, une cinquantaine de jeunes ont bloqué l'accès à l'Édifice Price, où loge le premier ministre Jean Charest dans la Vieille Capitale. Ils lui ont symboliquement apporté un café, en signe d'ouverture pour une éventuelle discussion. Après avoir été évincés, les étudiants ont entrepris une marche dans les rues de Québec.

La police a par la suite empêché une dizaine d'entre eux de s'engager dans une bretelle de l'autoroute Dufferin-Montmorency.Des manifestants ont été arrêtés pour entrave à la circulation et ont écopé de lourdes amendes.

À Gatineau, une vingtaine d'étudiants de l'Université du Québec en Outaouais ont bloqué l'accès aux locaux administratifs du campus Alexandre-Taché. En raison des perturbations étudiantes, la direction a finalement décidé de suspendre les cours pour cinq jours consécutifs.

À Sherbrooke, des étudiants ont manifesté après avoir tenu un procès symbolique de Jean Charest au palais de justice de la ville.

À Rimouski, une centaine d'étudiants ont réussi à empêcher plus de 200 fonctionnaires d'entrer dans les bureaux des ministères du Revenu et de l'Environnement.

Classe en plein air

À Longueuil, au cégep Édouard-Montpetit, environ 200 des 6000 étudiants en grève depuis près de trois semaines ont assisté à un cours en plein air, à l'initiative de leurs enseignants.

« Nous faisons la classe sur la voie publique pour manifester notre attachement à l'enseignement public », a expliqué le professeur de cinéma, Sébastien Bage.

Les cégépiens ont profité de l'occasion pour lancer un ultimatum au gouvernement. « Il doit reculer sur la hausse des droits de scolarité, sinon samedi prochain, nous allons commencer une grève de la faim, à relais, toutes les 48 heures », a affirmé un étudiant.
Des étudiants en grève assistent à un cours en plein air au cégep Édouard-Montpetit. Des étudiants en grève assistent à un cours en plein air au cégep Édouard-Montpetit.

L'opposition exhorte le gouvernement à agir

Les partis d'opposition ont encore une fois demandé au gouvernement Charest d'entreprendre des pourparlers avec les associations étudiantes.

François Legault de la Coalition avenir Québec (CAQ) a proposé de réduire les droits de scolarité pour les familles dont les revenus sont de 60 000 $ et moins, ce qui représente selon lui 70 % des ménages de la province. Il a également suggéré de faire en sorte que les étudiants puissent rembourser leur dette selon leur revenu d'emploi.

De son côté, Pauline Marois a évoqué une autre piste de solution pour dénouer l'impasse. Elle se demande si les entreprises pourraient être mises à contribution ou davantage encouragées, sur le plan fiscal, à donner aux universités.

Mais pour le gouvernement, il n'est pas question pour l'instant de revenir à la table de négociations tant que les étudiants refuseront de parler d'une hausse des droits de scolarité. « Les leaders étudiants refusent complètement de parler de leur contribution. Je pense qu'à l'échelle du Québec, on est tous d'accord pour dire qu'on doit parler de leur contribution », a déclaré la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp.

Sur les votes secrets

Le porte-parole de la CLASSE a par ailleurs répliqué Mme Beauchamp, qui avait dit souhaiter que les étudiants se prononcent lors des assemblées générales par des votes secrets. Selon M. Nadeau-Dubois, c'est aux associations étudiantes de décider du déroulement du scrutin.

« Comme on le dit depuis le début de la grève, [...] il n'y a personne qui impose une manière de voter ou une autre. Parfois, les gens décident de le faire par un vote secret et parfois, ils décident de le faire à main levée », a-t-il indiqué.

Selon le président de la FECQ, les étudiants n'ont pas de leçon de démocratie à recevoir du gouvernement. « Je pense que la ministre de l'Éducation tente de dévier le débat sur quelque chose qui n'est pas un enjeu », a affirmé M. Bureau-Blouin.

En complément