Droits de scolarité au Québec : un débat de société

Droits de scolarité : les familles manifestent aux côtés des étudiants

Manifestation familiale en appui au mouvement étudiant à Montréal

Ce n'était pas une journée de relâche dimanche pour les étudiants, qui tenaient des manifestations familiales pour dénoncer la hausse des droits de scolarité à Montréal, Québec, Sherbrooke et Alma.

À Montréal, une marée humaine composée d'étudiants et de leur famille a envahi le parc La Fontaine, dans une ambiance plutôt festive, même si plusieurs faisaient part de leur indignation devant les politiques du gouvernement Charest. Ces manifestants (5000 selon le SPVM, 30 000 selon les organisateurs) ont ensuite marché vers le bureau de la ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, rue Fullum.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, qui regroupe plus de 140 organismes, a profité de cette journée pour organiser une conférence citoyenne. Le président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, Jean Trudelle, a déclaré que la classe moyenne sera fortement touchée si l'augmentation des tarifs est approuvée.

Le fait que 22 % plus d'étudiants provenant de milieux défavorisés ou de régions éloignées fréquentent les campus québécois qu'ailleurs au Canada illustre bien, selon lui, que le gouvernement ne doit pas toucher aux droits de scolarité.

Manifestation familiale en appui au mouvement étudiant à Sherbrooke

À Sherbrooke, plus de 1000 personnes ont marché de l'hôtel de Ville jusqu'aux bureaux du ministère de l'Éducation. Plusieurs participants n'avaient pas encore l'âge des études postsecondaires. Un adolescent rencontré par Radio-Canada a affirmé qu'il se sentait concerné parce qu'il voulait « pouvoir faire son travail plus tard ».

Manifestation familiale en appui au mouvement étudiant à Québec

À Québec, plus de 400 manifestants de tous les groupes d'âge se sont rassemblés au cégep Limoilou, point de départ d'une marche qui les a amenés à la Basse-Ville de la capitale. L'une des personnes présentes a décrit l'éducation comme un « bien public ».

Le gouvernement Charest a annoncé l'an dernier une hausse des droits de scolarité de 1625 $ en cinq ans, à compter de l'automne prochain.

Un souper perturbé

Samedi, des étudiants ont tenté de perturber la soirée du premier ministre Jean Charest, alors qu'il mangeait à Montréal.

Des manifestants se sont rassemblés devant le restaurant Au pied de cochon en arborant une banderole noire. Une dizaine de policiers les ont repoussés. Aucune arrestation n'a été effectuée.

Plus tôt dans la journée, tandis qu'il participait à la Commission jeunesse de son parti, Jean Charest a réitéré qu'il ne reculerait pas sur la hausse des droits de scolarité.

De vendredi soir à samedi, des étudiants ont par ailleurs organisé un « marathon musical » de plus de 24 heures à l'église St-John the Evangelist, et dans la salle de spectacle L'Astral. La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) a aussi annoncé « ses propositions budgétaires et ses alternatives » à la hausse des droits de scolarité.

À ce jour, plus de 200 000 étudiants participent au mouvement de contestation.

La mobilisation atteindra son point culminant jeudi prochain, journée de manifestation « nationale ».

Des données sur l'aide financière (source : Conseil supérieur de l'éducation)

En 2008, près de 40 % des étudiants québécois recevaient une aide financière provenant du Programme de prêts et bourses :
- Un peu plus du quart de ces étudiants avaient des bourses;
- 13 % de ces étudiants recevaient des prêts seulement.

Pour déterminer le montant d'aide, le Programme de prêts et bourses tient compte de différents facteurs :
les dépenses admises, soit les frais de subsistance et les droits de scolarité
moins
les revenus de l'étudiant et la contribution parentale.


Le résultat, s'il est positif et que l'écart est élevé, ouvre la porte à une bourse et un prêt.
S'il est positif, mais bas, l'étudiant aura droit à un prêt seulement.

L'importance de la contribution parentale

Dans tous les cas de figure, la contribution parentale est une donnée déterminante du calcul. C'est du reste une des raisons qui expliquent les mariages blancs que font les étudiants entre eux pour obtenir un maximum d'aide en éliminant la contribution parentale.

Et les mariages pourraient se multiplier. Parce que la diminution de la contribution parentale annoncée dans le budget du Québec aura surtout un impact positif pour les ménages à faible revenu.

Les boursiers protégés

Ce sont d'ailleurs les boursiers qui profiteront des hausses, puisqu'elles n'auront aucun impact négatif sur leur aide. Au contraire. Avec un plafond de prêt à 2400 $ et étant donné que les droits de scolarité font partie des dépenses admises, les hausses des droits se traduiront par des bourses mieux garnies.

C'est d'ailleurs cette mesure de protection des boursiers qui accapare près des trois quarts des sommes consacrées à l'aide financière aux études dans le budget Bachand.

L'allocation spéciale

L'autre mesure qui aidera les étudiants à éponger les dommages collatéraux des hausses, c'est l'allocation spéciale, destinée aux détenteurs de prêts seulement. Cette allocation permet aux étudiants de disposer de liquidités pour éponger les hausses.

De 100 $ en 2007, elle passera à 325 $ pour les cinq prochaines années.

En complément

Facebook