Le tireur a agi seul

Bertrand Halle résume la journée des policiers.

Une fusillade a eu lieu en début d'après-midi au Collège Dawson, au centre-ville de Montréal.

La police confirme que le suspect qu'elle a abattu, un homme de 25 ans d'origine canadienne, était le seul tireur. Une femme de 20 ans est morte et une vingtaine de personnes ont été blessées.

Une jeune femme de 20 ans a été tuée. Son identité n'a pas été dévoilée. En outre, une vingtaine de personnes ont été blessées, dont six grièvement.

Un individu est entré à la cafétéria et a commencé à tirer plusieurs coups de feu avec un fusil mitrailleur, peu après 12 h 40.

La police de Montréal parle d'un seul suspect, qu'elle a abattu. Comme il y a eu mort d'homme, l'enquête a été confiée à la Sûreté du Québec.

Les forces de l'ordre ont toutefois vérifié les informations selon lesquelles il y aurait plus qu'un suspect. En effet, selon des témoins, jusqu'à trois individus se seraient présentés armés à l'école. En point de presse en soirée, le SPVM a toutefois confirmé qu'il n'y avait qu'un seul suspect.

Selon le chef de la police de Montréal, Yvan Delorme, le suspect était un jeune homme de 25 ans, « Canadien, d'origine canadienne ».

Selon M. Delorme, il n'aurait aucune motivation raciste ou politique derrière cette fusillade.

Des témoins avaient auparavant indiqué que le suspect était grand, âgé dans la fin de la vingtaine et habillé en noir. Selon les mêmes sources, il était armé d'un fusil mitrailleur de type AK-47.

Sur les 20 personnes blessées, 11 ont été transférées à l'Hôpital général de Montréal. Parmi elles, six seraient dans un état critique et doivent être ou ont été opérées, deux autres sont dans un état stable et trois sont gardées sous observation.

Une porte-parole de l'établissement a indiqué que ces personnes souffraient de blessures par balles à l'abdomen, au thorax, aux jambes et aux bras, mais que leur vie n'était pas en danger. Elle a précisé qu'à la lumière des blessures observées, l'arme utilisée n'était pas de fort calibre.

Les autres blessés ont été admis dans au moins deux autres hôpitaux de Montréal.

Les autorités affirment avoir contacté les parents des victimes.

Carte

La confusion s'est emparée du campus du cégep anglophone de l'ouest de la ville, un établissement fréquenté par plus de 10 000 élèves. De nombreux policiers ont été dépêchés sur place et le Groupe d'intervention tactique de la Sûreté du Québec a été appelé en renfort. La Place Alexis-Nihon a aussi été évacuée.

La police a établi un périmètre de sécurité entre les rues Docteur-Penfield, Saint-Antoine, Green et Guy. De leur côté, l'Hôpital général de Montréal, l'Hôpital de Montréal pour enfants, l'Université Concordia et le Centre de santé et de services sociaux de la Montagne ont mis en place un service de soutien psychologique.

Après quelques heures d'interruption, le service de métro a repris sur la ligne verte entre les stations McGill et Lionel-Groulx, mais les trains ne font pas d'arrêt à la station Atwater. La circulation de plusieurs lignes d'autobus est perturbée aux abords de cette station.