De l'importance des pollinisateurs sauvages

Un bourdon  Photo :  iStockphoto

Depuis quelques années, la science a porté beaucoup d'attention à la santé des abeilles domestiques. Or, deux nouvelles études montrent aujourd'hui que le déclin des pollinisateurs sauvages fait peser une menace encore plus inquiétante sur les récoltes.

Une première étude réalisée par l'Argentin Lucas Garibaldi et ses collègues de l'Université nationale de Rio Negro a porté sur 41 types de productions agricoles situées sur six continents. Les chercheurs ont constaté que les insectes sauvages pollinisaient les cultures plus efficacement que les abeilles domestiques. En fait, les insectes induisent deux fois plus de fleurs fécondées qui se développeront en fruits ou en graines que les abeilles. Fait nouveau illustré par cette recherche : les abeilles domestiques ne feraient que s'ajouter à la puissance pollinisatrice des insectes sauvages et ne remplaceraient pas leur travail.

Les auteurs de ces travaux estiment donc que la protection de ces insectes et de leur habitat est essentielle pour ne pas compromettre les rendements agricoles. 
Une seconde recherche réalisée par des biologistes de l'Université de l'Illinois illustre combien les services apportés par la pollinisation naturelle peuvent être affectés par la perte d'espèces et d'habitats ainsi que par le changement climatique. Pour en arriver à cette constatation, Laura Burkle et ses collègues ont examiné des réseaux de plantes et de pollinisateurs dans une zone particulière, à partir de données recueillies sur une période de 120 ans.

Leur constat est clair : la qualité et la quantité du service de pollinisation ont décliné au cours du temps. Plusieurs facteurs ont affecté la baisse de la pollinisation, comme l'éradication de la moitié des espèces d'abeilles présentes à l'origine, des discordances dans les périodes de floraison et de pics d'activité des insectes, et les changements dans les surfaces occupées par les plantes et les insectes.


Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science.

Facebook