Une planète au berceau

Impression artistique de la planète naissante qui se trouve à 335 années-lumière de la Terre dans notre galaxie, la Voie lactée


Une équipe internationale d'astrophysiciens a probablement réalisé la première observation directe d'une planète en formation à l'aide du télescope terrestre VLT installé au Chili.

L'Observatoire européen austral, à l'origine de la découverte, explique que la protoplanète se trouve autour de l'étoile HD100546. L'astre naissant est incrusté dans une épaisse couche de gaz et de poussière, et pourrait un jour ressembler à une planète géante gazeuse à l'image de Jupiter.

À ce jour, l'étude de la formation d'une planète n'avait été réalisée qu'à l'aide de simulations informatiques.

« Si notre découverte est réellement celle d'une planète en formation, les scientifiques pourront ainsi, pour la première fois, étudier le processus de formation d'une planète, ainsi que son interaction avec son environnement naturel de manière empirique au tout début du phénomène. » — Sascha Quanz, de l'Université ETH de Zurich

Également, elle donnera aux astronomes la possibilité de tester les théories en vigueur au regard d'une cible observable

Les scientifiques affirment que plusieurs aspects de l'image observée confortent la théorie selon laquelle les planètes géantes grandissent en capturant le gaz et la poussière restant après la formation d'une étoile.

La planète potentielle a été détectée comme une tache faible située dans le disque circumstellaire de son étoile grâce à un instrument d'optique adaptative combiné à une nouvelle technique d'analyse des données.

Les astronomes ont détecté plusieurs structures dans l'image du disque qui confirmeraient l'hypothèse de l'existence de cette protoplanète. Il y a également des signes indiquant que les environs de la protoplanète sont potentiellement réchauffés par le processus de formation.

Les chercheurs veulent quand même poursuivre leurs observations afin de confirmer l'existence de la planète et écarter d'autres scénarios plausibles, par exemple, que le signal détecté provienne d'une source d'arrière-plan ou que l'objet détecté soit une planète déjà complètement formée, éjectée de son orbite originelle plus proche de l'étoile.

Le détail de ces travaux est publié dans l'Astrophysical Journal Letters.

Le saviez-vous?
La planète est en orbite autour de son étoile environ 70 fois plus loin que la Terre l'est du Soleil. Cette distance est comparable à la taille de l'orbite des planètes naines du Système solaire extérieur comme Eris et Makémaké. Il n'est pour le moment pas démontré si le nouveau candidat planète a toujours été dans sa position actuelle depuis sa formation ou s'il a pu migrer depuis les régions plus centrales.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook