Longue vie aux pessimistes!

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Aîné chez le médecin

Les personnes âgées pessimistes sur leurs perspectives de bonheur vivent plus longtemps que celles plus optimistes, ont montré des chercheurs allemands de l'Université Friedrich-Alexander de Nuremberg.

Mieux encore : elles vivent aussi en meilleure santé.

« Les personnes âgées qui s'attendent à un degré de satisfaction limité quant à leur situation personnelle à l'avenir vivent manifestement plus longtemps et en meilleure santé que les personnes âgées qui s'imaginent un avenir en rose. » — Auteurs

Selon le chercheur Frieder Lang et ses collègues, le fait d'entrevoir sa vie future de façon pessimiste inciterait les personnes âgées à prendre plus soin de leur santé et à se montrer plus prudentes à l'égard du danger.

Cette constatation a été établie à la suite de l'analyse des données recueillies dans une étude multidisciplinaire de vaste ampleur menée depuis 1984 sur 30 000 personnes.

Les personnes ont été sondées sur leur état de satisfaction actuel et sur leur estimation à un horizon de cinq ans. Ils ont ensuite vérifié si ces attentes s'étaient réalisées ou non.

Il en ressort que 43 % des participants les plus âgés s'étaient montrés trop pessimistes, 25 % avaient raison et 32 % avaient été trop optimistes.

Dans ce dernier groupe, le risque de dégradation des capacités physiques s'est révélé plus élevé et le risque de mourir était 10 % plus important.

D'autres conclusions :

  • Les plus jeunes sont ceux qui se montrent les plus optimistes quant à leur situation cinq ans plus tard
  • Ceux dans la force de l'âge sont les plus réalistes.
  • Plus les gens avancent en âge, plus ils sont pessimistes.