La longueur du pénis compte, après tout

Une taupe dorée hottentote (Amblysomus hottentotus) Une taupe dorée hottentote (Amblysomus hottentotus)  Photo :  Justin Nicolau/BBC

La taille du sexe mâle a de l'importance après tout, du moins chez certaines espèces de mammifères. Les taupes dorées hottentotes femelles évaluent l'attirance et la capacité reproductrice des mâles en se fiant à la longueur de leur pénis, selon une étude parue dans Mammalian Biology.

Un pénis plus long favoriserait ainsi les chances d'une taupe mâle de s'accoupler et d'avoir une progéniture, d'après les scientifiques de l'Université de Pretoria, en Afrique du Sud.

Les taupes dorées hottentotes d'Afrique du Sud sont de petits mammifères, aveugles, qui vivent dans des tunnels et se nourrissent de vers et d'insectes. Elles sont plutôt solitaires, mais polygames, s'accouplant dès qu'elles en ont l'occasion. Les femelles se reproduisent à longueur d'année, donnant naissance à des portées d'un à trois bébés.

Le pénis des mâles est très court, mesurant de 1,2 à 2,5 mm, alors que l'animal mesure lui de 74 à 97 mm.

« Ils ont probablement un des plus petits pénis par rapport à la longueur de leur corps dans tout le règne animal », affirme le biologiste Nigel Bennett, coauteur de la recherche.

Toutefois, la taille du pénis varie considérablement d'une taupe à l'autre. Cette taille varie beaucoup plus que d'autres aspects physiques, comme la longueur du corps ou la grosseur des testicules, expliquent les biologistes.

Selon les chercheurs, ceci permet de penser que la longueur du pénis est une caractéristique qui entre en jeu dans la sélection sexuelle.

La sélection sexuelle, proposée par Charles Darwin, constitue un des mécanismes de la sélection naturelle au sein des espèces. Elle résulte de stratégies visant à accroître les chances d'un individu de trouver un partenaire pour se reproduire et de donner naissance à des descendants capables de se reproduire à leur tour. Les individus sont les acteurs de la sélection (et non l'environnement). Cette compétition engendre l'évolution de certains traits héréditaires.

Du point de vue de la femelle, les mâles les plus attirants sont ceux qui possèdent certains avantages par rapport à leurs congénères, comme des muscles plus développés ou une meilleure capacité à trouver de la nourriture.

Mais comme ces taupes vivent dans un environnement étroit et sont aveugles, il leur faut des caractéristiques qu'elles peuvent déceler facilement au toucher, ou encore à l'odorat, quand elles rencontrent un partenaire. Pour les femelles, la taille du pénis peut être un reflet de la « qualité » du mâle, expliquent les chercheurs.

Il s'agit peut-être même du seul critère d'évaluation qui est à leur portée, avance le biologiste Bill Bateman, coauteur de la recherche, en entrevue à la BBC.

« L'accouplement est probablement assez cru, peu romantique, alors l'évaluation physique du pénis permet à une femelle d'accepter ou rejeter un mâle de façon rapide », explique Bill Bateman.

Les scientifiques savaient déjà que l'appareil reproducteur de certaines espèces était influencé par la sélection sexuelle. Par exemple, certains insectes ont un pénis de forme particulière leur permettant de mieux acheminer le sperme au lieu où se produit la fertilisation.

« Dans une perspective évolutionniste, il est donc sensé que le corps des mâles, chez ces espèces, investisse beaucoup dans un gros ou un long pénis », affirme Bill Bateman.

Des femelles d'autres espèces animales vivant dans un environnement nocturne ou sans lumière, comme les chauves-souris ou certains phoques, pourraient aussi se fier à la longueur du pénis pour juger de la valeur du mâle, selon les scientifiques.

Toutefois, d'après Bill Bateman, il est peu probable que la longueur du pénis ait une fonction analogue chez des espèces comme l'humain, par exemple.

« Nous avons toutes sortes de mécanismes de sélection de partenaires qui interviennent avant l'accouplement. L'autre ne découvre la longueur du pénis que lorsque son choix de partenaire a déjà été fait », soutient le Pr Bateman.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook