Les enfants de trop de télé

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Un enfant devant la télévision  Photo :  iStockphoto

Un enfant qui passe plusieurs heures quotidiennement devant la télévision a plus de risques que les autres d'avoir un comportement antisocial à l'âge adulte, montre une étude néo-zélandaise.

Le Pr Bob Hancox et ses collègues de l'université d'Otago ont suivi un millier d'enfants nés en 1972 et 1973 et relevé pendant dix ans, de cinq à quinze ans, le temps passé devant le téléviseur.

Les chercheurs ont ensuite déterminé ce que les jeunes étaient devenus une fois adultes, c'est-à-dire à 26 ans.

Résultats : l'équipe de recherche a relevé une forte corrélation entre le temps passé devant la télévision lorsqu'ils étaient enfants, et le comportement agressif ou antisocial du jeune adulte.

Le saviez-vous? L'académie américaine de pédiatrie recommande un maximum de une à deux heures de télévision « de qualité » par jour pour les enfants.
« Le risque d'avoir été condamné par la justice pour les jeunes adultes augmente d'environ 30 % pour chaque heure passée devant la télévision en moyenne chaque soir de la semaine. » — Bob Hancox

Le Pr Hancox a déterminé que la corrélation reste significative une fois pris en compte des paramètres tels que le milieu social de l'enfant ou le niveau d'intelligence.

« Nous ne disons pas que la télévision est la cause de tous les comportements antisociaux, mais nos constatations suggèrent que réduire le temps de télévision pourrait aider à réduire les comportements antisociaux dans notre société. » — Bob Hancox

Des explications

Télévision  Photo :  IS/iStock

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Pediatrics pensent que l'apprentissage par les enfants du comportement antisocial à partir des programmes télévisés entraîne une perte de sensibilité affective et le développement d'un comportement agressif.

De plus, le contenu des émissions n'est pas le seul facteur d'influence. Il y a aussi l'isolation sociale des enfants qui passent des heures devant le poste, au lieu d'interagir avec des personnes, enfants ou adultes.

Ces travaux ont été menés à l'époque où les écrans étaient principalement ceux de la télévision. D'autres recherches sont nécessaires pour étudier ce qu'il en est avec la diversification des types d'écrans.

En juillet 2012, une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Montréal et du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine montrait que les années passées devant le petit écran se traduisaient par une augmentation progressive du tour de taille des petits et avaient un impact sur leurs aptitudes physiques futures.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook