Une bactérie qui rend la mélamine toxique

Radio-Canada avec Associated Press
Des Chinois examinent des boîtes de lait en poudre dans un supermarché de Nanjing en septembre 2008, tout de suite après l'éclatement du scandale du lait contaminé. Des Chinois examinent des boîtes de lait en poudre dans un supermarché de Nanjing en septembre 2008, tout de suite après l'éclatement du scandale du lait contaminé.  Photo :  AFP/STR

Une bactérie présente dans les intestins pourrait expliquer pourquoi certains enfants chinois sont tombés malades, alors que d'autres sont restés en bonne santé lors du scandale du lait en poudre contaminé à la mélamine en 2008.

Selon les autorités chinoises, le lait contaminé a causé la mort d'au moins six bébés, tandis que 300 000 autres sont tombés malades.

Utilisant des rats pour leurs recherches, des chercheurs américains et chinois de l'Université de la Caroline du Nord à Greensboro et de l'Université Shanghai Jiao Tong se sont demandé pourquoi certains enfants avaient eu des complications rénales après avoir bu le lait contaminé, alors que d'autres n'avaient eu aucun problème.

Dans un rapport publié mercredi dans la revue Science Translational Medicine, ils en sont venus à la conclusion que certaines bactéries intestinales jouent un rôle crucial dans la façon qu'a le corps de réagir à la mélamine.

Pour en arriver à leurs conclusions, les chercheurs ont donné des antibiotiques à des rats afin de tuer certaines des bactéries contenues dans leur intestin, pour ensuite leur donner à manger de la mélamine. Ils ont alors pu observer que les rats qui avaient ingéré les antibiotiques ont excrété à l'extérieur de leurs corps deux fois plus de mélamine que les autres et ont eu beaucoup moins de pierres aux reins et autres problèmes.

Les chercheurs ont constaté qu'une bactérie particulière présente dans l'intestin de moins de 1 % des gens en santé, la Klebsiella terrigena, convertit la mélamine pour créer un produit encore plus toxique.

Ce pourcentage équivaut à peu près au nombre d'enfants chinois tombés malades en 2008, selon les chercheurs.

Une autre preuve sur le rôle des microbes

Bien que des échantillons d'excréments des enfants affectés ne soient plus disponibles pour avaliser sans doute possible les résultats de la recherche, le microbiologiste Jack Gilbert, de l'Université de Chicago, pense que l'étude a un fondement solide.

Selon lui, « cette étude ajoute à un ensemble de preuves déjà existantes que les microbes du corps jouent un rôle significatif dans notre réponse à la toxicité et dans notre santé générale ».

Qu'est-ce que la mélamine?

La mélamine, composant industriel utilisé notamment dans la fabrication de plastiques, est une résine riche en azote dont certaines firmes se servent pour dissimuler l'addition d'eau au lait. Elle n'est pas jugée toxique à faible dose, mais peut provoquer calculs rénaux et autres complications chez l'enfant.