Les exolunes, des mondes habitables

Représentation artistique d'une exolune Représentation artistique d'une exolune  Photo :  René Heller

Dans leur quête de vie extraterrestre et de planètes habitables, les scientifiques commencent à s'intéresser aux exolunes, des satellites naturels en orbite autour de planètes situées à l'extérieur de notre système solaire.

Des chercheurs américains et allemands affirment que ces objets célestes sont tout aussi susceptibles d'abriter la vie que les planètes autour desquelles ils orbitent.

Les chercheurs ont mis au point un modèle théorique afin d'estimer la distance idéale permettant l'habitabilité d'une lune par rapport à sa planète.

À ce jour, pas moins de 850 planètes ont été détectées hors de notre système, la plupart étant des planètes géantes stériles d'une taille avoisinant celle de Jupiter.

Seulement quelques-unes possèdent une surface solide et seraient en orbite dans une zone habitable, cette ceinture circumstellaire dont la distance est idéale pour permettre l'existence d'eau liquide à la surface et un environnement favorable à la vie.

Aucune exolune n'a été découverte à ce jour, mais les astrophysiciens René Heller, de l'Institut Leibniz d'astrophysique, et Rory Barnes, de l'Université de Washington, pensent que leur existence passera de la théorie à la réalité dans les prochaines années. C'est le télescope Kepler, lancé en 2009, qui pourrait permettre une première détection de ce type d'objets.

Les conditions climatiques sur les lunes extrasolaires pourraient être différentes de celles des planètes extrasolaires parce que ces lunes sont généralement en rotation synchrone avec leur planète, comme c'est le cas de la Lune, qui présente toujours le même hémisphère à la planète.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Astrobiology.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.