Sida : sur les traces d’une pandémie

Un gel neutralise le VIH/sida

Le virus du VIH Représentation du VIH  Photo :  iStockphoto

Un gel microbicide permet de bloquer l'infection par le VIH/sida chez un modèle primate, affirme une équipe française.

La chercheuse Nathalie Dereuddre-Bosquet et ses collègues de l'Université Paris-Sud affirment que des petits peptides piègent le virus en imitant son récepteur, la molécule CD4, à la surface de ses cellules cibles.

Ces résultats prometteurs ont été obtenus lors d'une recherche préclinique et constituent une étape importante en vue de la réalisation d'un essai clinique.

Contexte

À l'heure actuelle, de nombreuses équipes tentent de mettre au point un vaccin contre le VIH/sida. Ces travaux sont menés parallèlement dans le but de réduire le risque de transmission du virus par la simple application d'un gel microbicide sur la zone exposée afin de protéger les utilisateurs lors des rapports sexuels.

Le présent gel bloque l'entrée du virus dans les lymphocytes T, les cellules du système immunitaire. Ces peptides, qui sont en fait des miniprotéines appelées mini-CD4, imitent le récepteur CD4, qui constitue le point d'entrée du VIH à la surface de ces cellules.

Elles peuvent donc « tromper » le virus et le piéger. Des tests cellulaires in vitro avaient déjà montré leur efficacité pour contrer la transmission du virus.

C'était la première fois qu'elles étaient testées sur un modèle primate, une étape nécessaire avant d'entamer des essais sur l'homme.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Plos Pathogens.

Le saviez-vous?

D'autres types de gel ont déjà été testés chez des humains et ont donné de bons résultats. C'est notamment le cas de celui présenté en 2010 à la 18e Conférence sur le VIH/sida. Ce gel vaginal microbicide entraîne une forte réduction du risque d'infection au VIH chez les femmes.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook