Des moineaux et des mégots

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Un moineau  Photo :  iStockphoto

Certains oiseaux qui vivent en milieu urbain utilisent la cellulose des filtres de mégots de cigarettes pour construire leur nid, ce qui permet d'éviter que des acariens les infestent, ont démontré des biologistes mexicains.

La chercheuse Monserrat Suarez-Rodriguez et ses collègues de l'Institut d'écologie de l'Université nationale autonome du Mexique affirment qu'ils apportent la preuve que des filtres de mégots peuvent agir comme répulsifs contre certains parasites.

Les nids qui abritent certains parasites peuvent nuire aux capacités de reproduction et à la survie de leurs hôtes.

Dans ces travaux, les chercheurs ont suivi des populations de moineaux (Passer domesticus) et de roselins familiers (Carpodacus mexicanus) durant leur période de reproduction.

Des mégots  Photo :  AFP/Thomas Coex

Les résultats montrent que la cellulose de filtres de cigarettes était présente dans 89 % des nids de moineaux et dans 86 % des nids de roselins. Ainsi, les nids de moineaux contenaient huit vieux mégots en moyenne et ceux des roselins, dix.

Les travaux ont aussi démontré que, chez les deux espèces, plus le poids de cellulose était important dans le nid, moins il y avait de parasites.

« Cela peut être dû au fait que les acariens sont repoussés par la nicotine, peut-être en combinaison avec d'autres substances. » — Chercheurs

Il faudrait maintenant démontrer que les mégots sont collectés délibérément par les oiseaux pour contrer les effets néfastes des parasites.

De plus, d'autres substances chimiques contenues dans les mégots entrent en contact avec les oiseaux dans le nid. Leur toxicité pourrait donc contrebalancer le bénéfice de la réduction des parasites.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Biology Letters de la Royal Society.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook