Mission espace

Beaucoup de glace sur Mercure

Les dépôts qui apparaissent en jaune avaient été observés avec des télescopes terrestres. Ceux en rouge ont été découverts par Messenger. Les dépôts qui apparaissent en jaune avaient été observés avec des télescopes terrestres. Ceux en rouge ont été découverts par Messenger.  Photo :  NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington/National

La glace est abondante sur Mercure, la planète la plus proche du Soleil, montrent les dernières données recueillies par la sonde américaine Messenger et dont le détail est publié dans la revue Science.

La planète Mercure  Photo :  NASA

Selon David Lawrence et ses collègues de l'Université Johns Hopkins, de nouvelles détections indiquent que la glace d'eau se trouvant dans ses régions polaires atteindrait plus de trois kilomètres d'épaisseur si elle était étendue sur une superficie de la taille de Washington DC, à savoir 117 km2.

De prime abord, étant donné sa proximité du Soleil, Mercure semblait le dernier endroit du système solaire où trouver de la glace. La température moyenne y est de 169 degrés Celsius.

Les astronomes expliquent que la glace peut s'y trouver en raison de l'inclinaison de seulement un degré de son axe de rotation. Cette réalité laisse des régions complètes des pôles inaccessibles aux rayons du Soleil. Les températures y sont donc très froides.

Le saviez-vous?

L'hypothèse de la présence d'eau gelée sur Mercure a été avancée il y a plusieurs décennies et avait été confortée en 1991 avec la détection par le radiotélescope Arecibo à Porto Rico de plaques aux pôles de la planète.

Plusieurs de ces plaques de glace se trouveraient à l'emplacement de vastes cratères d'impact cartographiés par la sonde américaine Mariner 10 dans les années 1970.

Les images prises cette année par Messenger ont confirmé toutes les observations précédentes de ces plaques plus ou moins brillantes dans les zones sombres des régions polaires.

Outre les images, les instruments à bord de la sonde, dont un spectromètre à neutrons, ont permis d'établir qu'il s'agissait bien d'eau et de mesurer précisément les volumes.

« Nous estimons que selon les mesures effectuées avec le spectromètre, la glace se trouve sous une couche de 10 à 20 centimètres d'épaisseur d'un matériau sombre. » — David Lawrence

Deux autres recherches sur Mercure également publiées dans Science soutiennent que ce matériau plus sombre, tout comme l'eau, aurait été apporté par des astéroïdes.

« Ce matériau est probablement formé d'un mélange organique complexe apporté sur Mercure par des impacts de comètes et d'astéroïdes, les mêmes objets cosmiques qui ont sans doute apporté de l'eau sur la planète. » — David Paige, de l'Université de Californie à Los Angeles

En juin 2011, l'analyse des données recueillies par la sonde avait montré que le sol de Mercure comptait des dépôts riches en soufre. Outre ces dépôts, Messenger avait mis en évidence un champ magnétique disproportionné et un jaillissement régulier d'électrons dans la magnétosphère

Le saviez-vous?

Messenger a été lancée le 3 août 2004, depuis le Centre spatial Kennedy en Floride. MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry and Ranging est en orbite autour de la planète depuis la mi-mars, après un voyage de plus de six ans et de 7,9 milliards de kilomètres. Messenger est la deuxième sonde spatiale à s'approcher de Mercure. Mariner 10 avait survolé la planète à trois reprises en 1974 et 1975.