Naître en décembre lié au diagnostic d'hyperactivité

Des jeunes écoliers  Photo :  iStockphoto

Les enfants nés en décembre, qui seront également les plus jeunes de leur classe dans certains systèmes scolaires canadiens (pas au Québec), courent plus de risques que leurs camarades de recevoir un diagnostic de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (THDA), affirment des chercheurs canadiens.

Le Dr Richard Morrow et ses collègues de l'Université de la Colombie-Britannique expliquent que la probabilité de recevoir un diagnostic de THDA était de 39 % plus élevée chez les écoliers nés en décembre, et celle de se faire prescrire des médicaments, 48 % plus forte que chez leurs camarades de classe nés en janvier, âgés de pratiquement un an de plus.

La différence d'âge entre les jeunes du même niveau crée ce que les chercheurs appellent l'« effet relatif de l'âge » à cause duquel ceux qui sont plus jeunes se trouvent désavantagés lors d'activités scolaires, mais aussi sportives.

Ainsi, les plus jeunes écoliers recevraient un diagnostic de THDA parce qu'ils sont moins matures.

« Notre étude montre que les enfants les plus jeunes, moins matures, obtiennent un mauvais diagnostic et reçoivent même une médication sans pour autant en avoir réellement besoin. » — Richard Morrow

Une autre recherche, menée par la chercheuse Marie-Christine Brault de l'Université de Montréal, montre pour sa part que 59 % des enfants canadiens ayant un TDAH étaient sous médication en 2007, alors qu'ils étaient 43 % en 2000.

Le détail de ces travaux est publié dans le Canadian Journal of Psychiatry.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.


Facebook