Enfance : des conditions de vie qui marquent l'ADN

Un garçon s'amuse avec des représentations d'atomes  Photo :  iStockphoto

Les conditions de vie familiale pendant l'enfance ont été associées à des effets marqués sur l'ADN qui persistent jusqu'à l'âge adulte.

Selon le Pr Moshe Szyf, de l'Université McGill, c'est la première fois qu'un lien est établi entre les conditions économiques de l'enfance et la biochimie de l'ADN.

Le chercheur montréalais et ses collègues de l'Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, et de l'University College de Londres ont examiné la méthylation des gènes associée à des facteurs environnementaux du début de la vie.

Ils ont constaté des différences importantes dans la méthylation des gènes entre les sujets ayant évolué au sein d'une famille aux conditions de vie très bonnes et ceux ayant connu des conditions très précaires.

Leurs résultats montrent que plus du double des variations dans la méthylation (modification épigénétique - réversible - de l'ADN) sont associées à l'effet des conditions vécues au début de leur vie plutôt qu'aux conditions socioéconomiques à l'âge adulte. (1252 variations, comparativement à 545). Ces conditions englobent :

  • la situation économique
  • les conditions de logement
  • l'emploi des parents

Selon les auteurs, ces travaux publiés dans l'International Journal of Epidemiology fournissent des preuves importantes des raisons pour lesquelles les troubles de santé associés à une situation économique précaire peuvent perdurer tout au long de la vie, et ce, malgré l'amélioration des conditions par la suite.

L'étude

Les chercheurs ont analysé l'ADN recueilli à partir d'échantillons sanguins prélevés sur 40 sujets alors qu'ils avaient 45 ans, dans le cadre d'une étude britannique qui a documenté, depuis leur naissance, nombre d'aspects de la vie de plus de 10 000 personnes nées en mars 1958.

Les participants ont été sélectionnés dans ce bassin en fonction de l'expérience de conditions de vie très bonnes ou très précaires pendant l'enfance ou l'âge adulte.

Toutes les variations dans la méthylation de l'ADN susceptibles d'exister entre ces sujets, dont les conditions de vie variaient beaucoup, ont été observées.

« Si nous considérons le génome comme une série de phrases, l'ADN, les lettres, est transmis par des parents. La méthylation de l'ADN se compare aux signes de ponctuation qui déterminent comment les lettres devraient être combinées pour former des phrases et des paragraphes lus différemment par les différents organes du corps, le coeur, le cerveau et ainsi de suite. » — Pr Moshe Szyf

Ainsi, les chercheurs ont découvert que ces signes « de ponctuation » sont attentifs aux signaux qui proviennent de l'environnement, et qu'ils sont marqués par les conditions de vie pendant l'enfance. Essentiellement, ils agissent comme un mécanisme qui permet à l'ADN de s'adapter au monde qui évolue rapidement.

Les chercheurs poursuivent leurs recherches afin de savoir précisément à quel moment du début de la vie ces modèles épigénétiques sont survenus.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.