Les restes du roi Richard III bel et bien retrouvés

Radio-Canada avec Associated Press et La Presse Canadienne
Photo du crâne du squelette retrouvé lors de recherches archéologiques à Leicester, au Royaume-Uni.

Le squelette retrouvé sous un stationnement dans le centre de l'Angleterre appartiendrait au roi Richard III, le dernier monarque anglais à mourir au combat, au XVe siècle. Des scientifiques de l'Université de Leicester ont analysé les os qui ont été découverts lors de fouilles archéologiques en septembre.

« Au vu des tests ADN, la conclusion de l'Université de Leicester est que, au-delà de tout doute raisonnable, le corps exhumé en septembre 2012 [...] est bien celui de Richard III, dernier roi Plantagenêt en Angleterre » — Richard Buckley, responsable des recherches archéologiques

La dépouille montrait des signes de la courbure bien connue de la colonne vertébrale du souverain, ainsi que de blessures fatales reçues au combat.

Des chercheurs ont comparé l'ADN du squelette à des échantillons provenant d'une famille canadienne qui est de descendance directe avec Anne de York, la soeur de Richard la plus âgée.

Le Canadien Michael Ibsen, un descendant direct de la soeur aînée du roi Richard III, Anne de York, a autorisé un prélèvement d'ADN pour déterminer si le crâne trouvé à Leicester est celui du roi défunt.

Michael Ibsen dit avoir été averti il y a longtemps que sa famille pourrait être réquisitionnée si le dernier lieu de repos du roi était découvert.

Des archéologues cherchent la tombe du roi depuis longtemps; son emplacement a fait l'objet de spéculations depuis plusieurs siècles.

Des archéologues, des historiens et des responsables du tourisme local espéraient, depuis l'annonce des tests, que l'emplacement soit bel et bien celui de l'enterrement du squelette du monarque.

Les membres de la Société Richard III sont également très enthousiastes, d'autant plus qu'ils désirent rétablir la réputation longtemps mauvaise du roi.

Richard III a été immortalisé dans une pièce de Shakespeare comme un usurpateur bossu qui a laissé une série de cadavres, dont ceux de ses jeunes neveux, tués à la Tour de Londres, en route vers le trône.

« Il s'agit d'une toute nouvelle ère pour Richard III, a déclaré Lynda Pidgeon, membre de l'organisme. Cela provoquera certainement un regain d'intérêt. Avec un peu de chance, les gens auront un esprit plus ouvert envers Richard. »

Le débat sur l'authenticité de ces restes n'est pas clos pour autant puisque plusieurs autres scientifiques remettent en doute ces résultats.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.