Alice Munro : la fille de fermier devenue auteure primée

Le reportage de Maxence Bilodeau

C'est mardi 10 décembre que l'auteure canadienne Alice Munro doit recevoir officiellement le prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son œuvre. Incursion dans l'univers de la grande dame des lettres canadiennes.

Fille d'un fermier et d'une maîtresse d'école, Alice Munro a grandi à Wingham, en Ontario. Plutôt réservée, elle s'est très tôt spécialisée dans un genre particulier : la nouvelle.

Avec ce prix, considéré comme la plus haute distinction littéraire du monde, l'écrivaine, âgée de 82 ans, devient l'auteur canadien le plus primé de toute l'histoire du pays.

Saul Bellow, natif de Lachine, au Québec, l'avait bien remporté en 1976, mais il s'était fait naturaliser Américain en 1941.

Dans une rare entrevue accordée après l'annonce du Nobel, Alice Munro, qui ne peut se rendre à la remise de prix en personne, a expliqué que son enfance ontarienne a été déterminante dans sa vie littéraire.

« L'enfance vous marque tant, que vous avez là tout votre matériel, probablement avant 12 ans. » — Alice Munro, Prix Nobel de littérature

Devenue jeune femme, Alice Munro déménage dans la grande ville la plus proche, London, et fréquente l'université Western. C'est là qu'elle publie à 19 ans sa toute première nouvelle dans le journal étudiant, l'histoire scandaleuse d'une enseignante de 33 ans qui s'entiche d'un de ses élèves.

Alice Laidlaw est devenue Alice Munro à 20 ans, elle a eu trois enfants et n'a pas terminé ses études. C'est beaucoup plus tard que sa carrière a vraiment pris son envol. 

Elle publie son premier recueil de nouvelles en 1968, et la consécration est immédiate. Dance of the happy shades (La danse des ombres heureuses, Rivages) reçoit le prix littéraire du Gouverneur général cette année-là.

Depuis, les prix se sont enchaînés : deux fois le Giller à Toronto, deux autres Prix du gouverneur général, le Man Booker à Londres, et maintenant, le Nobel. 

La couverture de la nouvelle Loin d'elle, d'Alice Munro, rééditée par les éditions Rivages après la sortie du film de Sarah Polley.  Photo :  Rivages

Sa nouvelle L'ours traversa la montagne, qui évoque la maladie d'Alzheimer, a été portée à l'écran en 2007 par la réalisatrice canadienne Sarah Polley, sous le titre Loin d'elle, qui a valu une nomination aux Oscars à la comédienne Julie Christie. La nouvelle, qui faisait initialement partie du recueil Un peu, beaucoup... pas du tout (Rivages), a été rééditée par la suite séparément, sous le titre Loin d'elle

Au Québec, Alice Munro était très peu connue. Selon Pascal Assathiany, le directeur général des Éditions du Boréal, qui a publié deux de ses recueils de nouvelles, cela s'explique en partie par le fait que la nouvelle est un genre typiquement anglophone.

Depuis qu'Alice Munro a gagné le prix Nobel, les ventes ont explosé partout dans le monde. Rien qu'au Québec, elles sont passées de quelques centaines à des milliers d'exemplaires.

Avec les informations de Maxence Bilodeau