Twilight : Christopher Heyerdahl, la tête à Hollywood et le coeur à Montréal

Christopher Heyerdahl Christopher Heyerdahl  Photo :  Audrey Bourget

L'acteur canadien Christopher Heyerdahl, le Marcus Volturi de Twilight, était à Montréal cette semaine pour promouvoir le dernier film de la série, Révélation : 2e partie.

Marcus Volturi dans <i>Twilight</i> Marcus Volturi dans Twilight

Statuesque et vêtu tout en noir, le Montréalais d'adoption s'est dit heureux d'être de retour dans « sa ville préférée », mais déçu que la série de films Twilight, qui met de l'avant l'histoire d'amour torturée entre l'adolescente Bella et le vampire Edward, se termine. Il reprend dans ce dernier film le rôle de Marcus, l'un des membres du puissant clan de vampires Volturi.

« J'ai trouvé que le personnage avait plusieurs niveaux. Son grand amour est mort il y a 2000 ans et il a encore le coeur brisé. Je trouve que c'est une belle histoire romantique. C'est intéressant de voir quelqu'un qui reste en amour si longtemps, surtout un vampire. »

Si l'acteur affirme avoir aujourd'hui trouvé la femme avec qui il passera le reste de sa vie, il a pu puiser dans une expérience de rupture passée pour créer son personnage : « C'était le premier amour de ma vie et je pensais que ma vie était terminée, que le reste de ma vie serait nul, sans passion, sans lumière, sans soleil. J'avais le coeur brisé, alors je peux comprendre Marcus. »

Plus grand que nature

Que ce soit au cinéma ou à la télévision, Christopher Heyerdahl ne joue presque jamais les « bons gars », sans nécessairement jouer les méchants. Il aime les personnages complexes et nuancés. « Je trouve plus intéressant de jouer l'antagoniste, le personnage qui crée le conflit. Faire des courses, voir des amis, je fais ça chaque jour, je ne veux pas vivre ça quand je travaille. J'adore les personnages plus grands que nature », a-t-il affirmé en expliquant que son personnage The Swede, dans la série télé américaine Hell on wheels est un rôle idéal.

The Swede dans <i>Hell on wheels</i> The Swede dans Hell on wheels

« C'est le fun de faire des choses qu'on n'a pas le droit de faire dans la vraie vie. C'est plus intéressant si on ne sait pas ce que le personnage fera, s'il est méchant ou gentil. C'est plus profond. »

Montréalais de coeur

Né à Vancouver, d'origine norvégienne et écossaise, l'acteur a habité Montréal une dizaine d'années et y possède toujours une maison.

Même si sa carrière américaine se porte bien, il vient jouer au Québec, en français, dès qu'il en a l'occasion. On a entre autres pu le voir dans plusieurs films d'Érik Canuel, dont Cadavres et La loi du cochon, et dans la série Mirador.

« Ça libère une partie de mon cerveau quand je parle dans une autre langue [que l'anglais]. À Montréal, j'ai trouvé quelque chose qui manquait à ma vie. J'y ai trouvé une partie de mes désirs, une liberté, une façon de m'exprimer. »

« À Montréal, j'ai trouvé une partie de ce que je suis en tant qu'artiste, être et homme », a-t-il conclu.

Twilight est à l'affiche au Canada dès aujourd'hui.

En complément