Le FIL célèbre Gabrielle Roy et Boris Vian

Boris Vian Boris Vian  Photo :  AFP/Archives

Le Festival international de littérature (FIL) s'ouvre le 18 septembre prochain avec un hommage a capella à Boris Vian à l'Usine C, gracieuseté de la Horde Vocale. L'ensemble d'une trentaine de chanteurs ravira les aficionados de cette star d'une période parisienne depuis mythifiée avec Le Déserteur, La java des bombes atomiques et J'suis snob.

L'oeuvre de Gabrielle Roy et celle de Boris Vian sont au centre de la programmation 2009 du Festival international de littérature, qui se tient du 18 au 27 septembre.

L'événement musical vient souligner le début de l'exposition Je voudrais pas crever, présentée dans le Hall de l'Usine C. On y retrouve les oeuvres d'une vingtaine d'artistes contemporains (quinze Français et cinq Québécois) réalisées pour la publication d'une édition illustrée du recueil de poèmes du même nom.

L'auteur de L'Écume des Jour et de L'Arrache-coeur, ainsi que de plusieurs parodies de romans policiers, est mort en 1959, à 39 ans.

Le FIL rend aussi hommage à Gabrielle Roy à l'occasion du centenaire de sa mort, dans le cadre d'un spectacle littéraire consacré à La Détresse et l'enchantement, un récit autobiographique.

L'écrivaine canadienne-française, pionnière de notre modernité en littérature, y retrace dans une prose intimiste sa jeunesse dans les Prairies et ses années de formation qui l'amèneront à quitter, pour toujours, son Manitoba natal.

Extrait de La Détresse et l'enchantement (Paragraphe d'ouverture)

Quand donc ai-je pris conscience pour la première fois que j'étais, dans mon pays, d'une espèce destinée à être traitée en inférieure ?

Ce ne fut peut-être pas, malgré tout, au cours du trajet que nous avons tant de fois accompli, maman et moi, alors que nous nous engagions sur le pont Provencher au dessus de la Rouge, laissant derrière nous notre petite ville française pour entrer dans Winnipeg, la capitale, qui jamais ne nous reçut tout à fait autrement qu'en étrangères.

Cette sensation de dépaysement, de pénétrer à deux pas seulement de chez nous, dans le lointain, m'était plutôt agréable, quand j'étais enfant. Je crois qu'elle m'ouvrait les yeux, stimulait mon imagination, m'entraînait à observer.

Gabrielle Roy Gabrielle Roy

Le spectacle, présenté le 21 septembre à la Cinquième Salle de la Place des Arts, met en vedette la comédienne Marie-Thérèse Fortin et est mis en scène par Olivier Kemeid.

Le Fil offre aussi une série de cinq lectures publiques consacrées à quelques-unes des oeuvres de Gabrielle Roy, dans la salle des Jeunesses musicales du Canada.

L'actrice Mireille Deyglun lira Bonheur d'occasion, roman qui donna lieu à un film du même nom dans lequel elle interprète le rôle de Florentine Lacasse, héroïne de ce récit d'ambitions et d'espoirs déçus dans le Saint-Henri des années 1940.

Le happening poétique Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent est par ailleurs de retour, les 18 et 20 septembre. L'événement est mis en scène par Loui Mauffette, fils du regretté Guy Mauffette, poète, comédien et animateur de la célèbre émission radiophonique Le Cabaret du soir qui penche, à Radio-Canada.

Info en continu Afficher le fil complet