Chloé Legris récompensée

Marie-Josée Bouchard s'entretient avec Chloé Legris à RDI En Direct sur son projet.

L'ingénieure et chargée de projet Chloé Legris de l'ASTROLab du Mont-Mégantic a reçu le prix de Scientfique de l'année 2007 de Radio-Canada.

La récompense lui a été remise par le directeur de l'information de Radio-Canada, Alain Saulnier, et l'animateur du magazine d'actualités scientifiques Les Années lumière, Yanick Villedieu.

Mme Legris a piloté le projet de création de la première réserve internationale de ciel étoilé en zone habitée au monde.

Pendant cinq ans, elle a participé à la mise en place d'une zone protégée du ciel nocturne de 5500 km2 dans la région de Mégantic, où se situe l'un des plus importants observatoires de l'Est de l'Amérique du Nord.

Sa réalisation a culminé en septembre dernier avec la reconnaissance de la réserve par l'UNESCO et l'International Dark Sky Association.

Pour mettre sur pied la réserve, la scientifique s'est associée avec une quinzaine de municipalités de la région de Sherbrooke afin de réduire la pollution lumineuse de l'ordre de 25 %. Mme Legris a conçu et mis en place un programme de conversion de l'éclairage public et privé d'un coût de 1,5 million de dollars.

La pollution lumineuse

L'activité humaine (mobilier urbain, industries, commerces) génère une lumière excessive pendant la nuit. Ces éclairages, souvent mal conçus et mal utilisés, causent un voilement des étoiles.

Observatoire du Mont Mégantic L'Observatoire du Mont-Mégantic possède le plus puissant télescope à l'Est de l'Amérique du Nord et le troisième en importance au Canada.

La lumière se propage vers le ciel et rencontre les particules présentes dans l'atmosphère. Elle est alors réfléchie vers la Terre, augmentant la brillance du ciel. Ainsi, plus le fond du ciel est éclairé, moins les étoiles sont visibles.

Les experts estiment qu'en Amérique du Nord seulement, l'énergie lumineuse perdue vers le ciel équivaut annuellement à 1 milliard de dollars. Pour le Québec seulement, cela représente près de 50 millions de dollars.

Revenir à la grande noirceur

En 20 ans, la pollution lumineuse enregistrée près de l'observatoire a plus que doublé. En 1979, la brillance du ciel dépassait de 25 % sa valeur naturelle. Ce pourcentage était passé à 50 % en 1999.

La situation continue de s'aggraver puisque la pollution lumineuse augmente annuellement de 5 à 10 %, ce qui a un impact significatif sur la recherche astronomique et la rentabilité scientifique de l'observatoire.

Le titre de scientifique de l'année est décerné pour la 21e année. La lauréate sera reçue à l'émission Les années lumière , le dimanche 27 janvier 2008, entre 12 h et 14 h, et fera l'objet d'un portrait à l'émission Découverte, même jour, à 18 h 30.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.