La charte des valeurs, entre division et inclusion

Maria Mourani expulsée du Bloc pour ses propos contre la charte

Le reportage d'Emmanuelle Latraverse

La députée fédérale d'Ahuntsic, Maria Mourani, est expulsée du caucus du Bloc québécois. Le chef bloquiste Daniel Paillé a expliqué jeudi que c'est l'opposition de Mme Mourani au projet de charte des valeurs québécoises qui a mené à cette décision. Le Bloc dit appuyer le projet du gouvernement Marois.

« La députée d'Ahuntsic, Mme Maria Mourani, a tenu des propos qui ne reflètent aucunement la position du Bloc québécois. La charte des valeurs québécoises, loin de constituer, comme l'affirme Mme Mourani, une démarche électoraliste, une grave erreur stratégique du mouvement souverainiste ou encore, pire, une manifestation de nationalisme ethnique, est, au contraire, une démarche nécessaire et fondamentale pour la nation québécoise », indique Daniel Paillé dans un communiqué.

« Devant ces positions irréconciliables, j'ai demandé à Mme Mourani de délaisser son rôle de porte-parole auprès du collectif des Indépendantistes pour une laïcité inclusive et de mener le débat au sein du caucus, ce qu'elle a malheureusement refusé de faire », poursuit-il.

« J'annonce donc, avec l'appui des membres de mon caucus, qu'à partir de maintenant, la députée d'Ahuntsic ne fait plus partie du caucus du Bloc québécois et qu'elle ne peut plus prétendre parler au nom du Bloc québécois », affirme Daniel Paillé.

En entrevue à ICI Radio-Canada Première, M. Paillé a soutenu qu'il fallait assurer une cohésion à l'intérieur du caucus.

« On doit participer au débat proposé par le gouvernement du Québec. Tous les membres du Bloc sont invités à s'exprimer [sur la charte]. Mais c'est par rapport à son rôle de député que le bât blesse. Quand on parle de nationalisme ethnique à la télévision d'État, à titre de député ou de porte-parole du Bloc, ça allait trop loin. » — Le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé

Des réactions à Québec

La première ministre Pauline Marois a assuré jeudi que son caucus entier soutenait la charte des valeurs québécoises et qu'un scénario comme celui qui s'est produit au Bloc québécois était donc à exclure.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, estime quant à lui que l'expulsion de Mme Mourani du caucus du Blocest « inquiétante » et témoigne d'une sorte « d'absolutisme » ou « d'atmosphère cléricale » au sein du mouvement souverainiste. « Mme Mourani vient de recevoir une bulle d'excommunication, je suppose que pour les prochains hérétiques il y en aura également », a affirmé le chef libéral en marge d'un point de presse sur l'économie à Québec.

La cochef de Québec solidaire, Françoise David, croit pour sa part qu'avec l'expulsion de Mme Mourani, le débat sur la charte des valeurs prend une bien mauvaise tournure. « Ça envoie un mauvais message, ce n'est pas intéressant et ça ne devrait pas se passer comme ça », a-t-elle déclaré.

L'analyse de Sébastien Bovet, chef de bureau à Québec

Lisette Lapointe appuie Mourani

Jeudi soir, l'ex-députée péquiste Lisette Lapointe a appuyé Mme Mourani sur le réseau social Twitter. « Le "crois ou meurs" de l'actuel chef du Bloc québécois rappelle de mauvais souvenirs. Nous sommes avec toi, courageuse Maria Mourani », écrit l'épouse de Jacques Parizeau.

À l'été 2011, Mme Lapointe a quitté le caucus péquiste pour siéger comme députée souverainiste indépendante, dénonçant « le climat étouffant » au sein du PQ ainsi que le projet de loi 204 consacré à l'entente entre Québecor Media et la Ville de Québec sur la gestion du futur amphithéâtre.

Maria Mourani opposée au projet de charte des valeurs

Mercredi, la députée avait pris position contre le projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois, notamment en appuyant la Déclaration des Indépendantistes pour une laïcité inclusive sur la Charte des « valeurs québécoises ».

Selon elle, le projet de charte des valeurs risque de nuire à long terme aux objectifs du mouvement souverainiste, qui vise à obtenir un maximum d'appuis au projet d'indépendance du Québec.

En conférence de presse, mercredi, elle avait vivement critiqué l'approche péquiste. « Pourquoi tout ça? Pourquoi passer par une charte? Pourquoi faire tout ce bruit? »

« Je n'ai jamais entendu parler d'un enseignant, d'un fonctionnaire, qui, par le fait qu'il ait une croix, aurait fait du prosélytisme face à une autre personne pour la faire changer de religion ou aurait imposé sa religion. Je ne comprends pas qu'est-ce qu'une croix peut faire au niveau de la laïcité de l'État », affirmait-elle mercredi sur les ondes de RDI.

« En tant qu'indépendantiste, c'est un très mauvais calcul pour l'indépendance du Québec. Ça fait plus de 10 ans que je travaille dans différents groupes ethnoculturels pour parler d'indépendance, pour leur dire d'adhérer à la cause. Ce que je constate, c'est qu'on perd des membres du Parti québécois, on perd des gens qui quittent le mouvement indépendantiste », disait-elle.

« Il y avait beaucoup plus de monde issu de l'immigration, beaucoup d'arabo-musulmans, qui se présentaient pour le PQ [aux élections provinciales de 2008]. Aux dernières élections [de 2012], il y en avait très peu. C'est grave pour le mouvement indépendantiste. J'appelle tous les indépendantistes à se réveiller sur ce point parce qu'on ne fera pas l'indépendance du Québec sans tout le monde, et sans Montréal », ajoutait-elle.

« Bravo à Maria Mourani pour avoir pris position contre cette proposition porteuse de division. Mme Marois a sous-estimé les Québécois », a réagi le chef du Parti libéral du Québec, Justin Trudeau, sur son compte Twitter.

L'appui du Bloc québécois au gouvernement Marois

Quelques heures après la sortie de ce regroupement d'indépendantistes, dont fait partie Mme Mourani, le Bloc québécois diffusait un communiqué où il disait donner son plein appui au projet de charte des valeurs du gouvernement du Québec, et saluait la démarche de consulter la population.

« Le Bloc québécois souscrit aux valeurs communes énoncées dans la charte et réitère qu'il est favorable à l'encadrement des accommodements religieux ainsi qu'à la nécessaire neutralité religieuse de l'État », pouvait-on lire dans un communiqué du parti.

Toutefois, en 2007, le Bloc québécois avait appuyé l'interdiction des signes religieux, mais seulement pour les employés de l'État qui incarnent l'autorité - comme les policiers et les juges - , ce qui n'est pas la position actuelle du gouvernement Marois.

Mme Mourani a annoncé qu'elle ferait une déclaration vendredi concernant les derniers événements.

Démission à l'exécutif du Bloc dans Jonquière-Alma

La vice-présidente de l'exécutif du Bloc québécois dans Jonquière-Alma, Julie Sheinck, a annoncé jeudi sa démission, une décision qu'elle attribue à l'expulsion de Maria Mourani du caucus, un événement qui la « répugne ».

« Un parti qui réprimande ses membres - et exclut une députée - parce qu'ils prennent une position différente de celle qui est imposée par le chef, je ne me reconnais tout simplement plus là-dedans », écrit Mme Sheinck dans une lettre publiée sur Facebook.

Après cinq ans au sein du Bloc, Julie Sheinck affirme qu'elle n'a plus « aucune envie de poursuivre mon implication dans un parti qui fonctionne ainsi ».

« Le fait que le chef ait choisi de sortir pour dire qu'il appuyait finalement le PQ à 100 % sans consulter les membres [autres que les appels des péquistes] me donne à penser que nous n'avons plus notre raison d'être, nous les militants », ajoute-t-elle.

Mme Scheinck affirme tout de même que la réflexion entamée par le Bloc sur sa plateforme était « emballante », mais que les derniers événements ont rendu ces « démarches caduques et inutiles ». « Laissons le chef penser et décider tout seul... », conclut-elle.

La charte des valeurs, un débat de société

En complément

Facebook