Deux conseillers stratégiques quittent le cabinet de Marois

Les explications de Sébastien Bovet

Le cabinet de la première ministre Pauline Marois perd deux de ses membres stratégiques. Sa directrice des communications, Shirley Bishop, et son conseiller et premier rédacteur de discours, Stéphane Gobeil, quitteront leur poste au moment où prendront fin les travaux parlementaires.

L'entourage de Mme Marois affirme qu'il s'agit bien de départs volontaires et non pas d'une rétrogradation pour ces deux alliés qui faisaient partie de son cercle rapproché.

Durant la période de Noël, Mme Bishop avait déjà exprimé à Mme Marois son intention de quitter le cabinet. En deux ans, elle n'avait pas réussi à prendre de vacances et souhaite maintenant retrouver un rythme de vie moins intense. 

Mme Bishop et M. Gobeil sont entrés dans l'entourage de Mme Marois en 2011, alors que sa capacité de diriger le Parti québécois était remise en question par plusieurs. Le parti a ensuite été secoué par plusieurs événements, dont le conflit étudiant, les élections et enfin, les critiques que le parti a essuyées dès le début de son mandat.

Les propos de Mme Bishop ont éclaboussé à une occasion la première ministre. Lors de la démission du ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Daniel Breton, elle avait mis le gouvernement dans l'embarras en avançant que Mme Marois savait tout du passé de son ministre, ce qui n'était pas le cas. Mme Bishop avait dû présenter ses excuses par la suite.

Certains députés se sont avoués mécontents des communications du gouvernement, mais Mme Marois a dit être satisfaite du travail de sa directrice.

Selon le chef de bureau de Radio-Canada à Québec, Sébastien Bovet, même si les départs sont volontaires, un changement de cabinet est souvent synonyme dans le langage politique d'ajustement ou de renouveau 

C'est le ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto qui profitera, dès le mois d'août, des compétences de Mme Bishop. Elle agira dorénavant à titre de chef de cabinet. Selon certaines sources, l'opération viserait à donner plus de visibilité à M. Kotto.

Quant à M. Gobeil, il se dit lui aussi épuisé. Il reprend le poste de consultant stratégique qu'il occupait avant de joindre les rangs du PQ. Il n'est pas exclu que le cabinet de Mme Marois fasse encore appel au rédacteur et conseiller dans le futur.

C'est l'un des rédacteurs actuels du cabinet de Mme Marois, Claude Villeneuve, qui remplacera M. Gobeil. Le nom de la personne qui prendra le poste de directeur des communications est encore inconnu.

Facebook