Québec autorisera la vente d'alcool dans les aires de jeu des casinos

Le reportage de Stéphane Leclerc

Le gouvernement du Québec autorisera les casinos à vendre de l'alcool aux tables de jeu de même qu'aux machines à sous, une pratique interdite depuis l'ouverture du premier casino québécois en 1993.

Un texte de Yanick Cyr et de Pascal Poinlane

Parcourez cette image ci-dessous pour connaître quelques arguments entendus à l'Assemblée nationale. Pour voir cette image depuis votre téléphone cellulaire, cliquez ici.

Loto-Québec justifie ce changement de politique par la demande de sa clientèle. Elle souligne que la consommation d'alcool dans les aires de jeu est « un besoin maintes fois exprimé par la clientèle ». Une assertion qui fait bondir le militant contre le jeu Bill Clennett, qui rappelle que le Québec s'était targué de pouvoir mieux gérer le jeu que le fait le privé ailleurs dans le monde. « Maintenant on démontre que c'est juste une vache à lait pour le gouvernement et on n'est pas mieux que personne », affirme Bill Clennett.

« Si l'État dit sérieusement que de jouer en buvant c'est un besoin, on perd le nord. C'est nourrir les dépendances. » — Bill Clennett

Québec veut ainsi permettre à Loto-Québec de regagner la faveur de sa clientèle locale, qui a chuté de 21 % à 17 % au cours des dernières années. Ce taux de fréquentation par la population locale est de 25 % en moyenne partout dans le reste de l'Amérique du Nord, selon Loto-Québec.

La Société d'État souligne que l'augmentation de 1 % de sa clientèle locale se traduirait par une hausse de ses revenus de l'ordre de 23 millions de dollars. « Nous voulons que les Québécois viennent s'amuser dans nos casinos », explique le président de Loto-Québec, Gérard Bibeau. « Quand ils dépensent chez nous, c'est à tout le Québec que ça profite. » Les revenus et les bénéfices nets de la société d'état stagnent depuis les années 2000.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici 

Le ministre de la Santé défend la décision

Malgré les objections des organismes de luttes contre les dépendances, qui craignent que les joueurs pathologiques jouent davantage et plus longtemps, le ministre de la Santé Réjean Hébert se range derrière la décision de son gouvernement. Il avance que les casinos doivent demeurer compétitifs par rapport à la concurrence américaine et ontarienne. Il estime que les casinos se vident au profit des sites Internet illégaux et il croit qu'il faut ramener les joueurs québécois dans un cadre légal.

Le ministre soutient que les bars du Québec offrent la possibilité de boire tout en jouant à des machines légales, « alors que dans les casinos, où il y a un encadrement face aux joueurs compulsifs et aux abus d'alcool, et là on ne le permet pas ».

« Je crois qu'il faut arrêter de se cacher la tête dans le sable et faire en sorte que les casinos puissent être compétitifs. » — Réjean Hébert

Une décision déplorable, disent les libéraux

Pour l'ancien ministre de la Santé, le gouvernement a sous-estimé les coûts de cette décision. Sans pouvoir citer d'études, Yves Bolduc prévoit une augmentation du nombre de joueurs pathologiques, puisque l'alcool enlève l'inhibition. Cela aggrave les risques de dépendance et les problèmes de jeu, estime Yves Bolduc.

« Ça n'a pas été calculé, mais il va y avoir des coûts de santé au niveau social, au niveau familial, au niveau de l'emploi » — Yves Bolduc, député libéral de Jean Talon

La modification de la politique des quatre casinos québécois s'inscrit dans une politique plus large intitulée « Casino du futur » qui vise à revitaliser l'industrie du jeu. Cette stratégie mise sur un « service à la clientèle hors pair« et sur une « utilisation du « multimédia ». La société d'État s'est aussi associée à l'entreprise montréalaise Moment Factory pour dynamiser son offre.

Loto-Québec a également investi 305 millions de dollars dans la rénovation du casino de Montréal qui aura 20 ans cette année.

La nouvelle stratégie de Loto-Québec s'inscrirait dans l'optique de l'atteinte du déficit zéro par le gouvernement du Québec, selon le quotidien Le Devoir. Le gouvernement québécois aurait demandé à Loto-Québec de lui verser 50 millions de plus dès cette année.

Le projet de règlement a été adopté par le Conseil des ministres et il devrait être publié dans la Gazette officielle du Québec, mercredi.

D'après vous, les joueurs devraient-ils avoir le droit de consommer de l'alcool aux tables de jeu des casinos de Loto-Québec?

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook