Québec freine l'enseignement de l'anglais intensif au primaire

Le compte rendu de Davide Gentile

Le gouvernement du Québec freine l'implantation de l'enseignement de l'anglais intensif en sixième année. La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, a levé jeudi l'obligation qui était faite aux écoles primaires françaises d'implanter ce programme d'ici l'année scolaire 2015-2016.

L'implantation de ce programme deviendra facultative et aucun calendrier ne sera imposé. La ministre Malavoy laisse plutôt le soin au conseil d'établissement de chacune des écoles québécoises de décider de la pertinence de l'implantation du programme.

Les conseils d'établissement sont composés de parents, d'enseignants, de membres de la direction des écoles et de membres de la communauté. La ministre estime que cette mesure fera baisser la pression sur les écoles primaires de langue française.

La ministre de l'Éducation estime qu'il aurait été irréaliste de maintenir l'obligation de cette implantation d'ici 2015-2016. La proportion d'implantation était de 9 % en 2011-2012 et elle était passée à 12 % en 2012-2013.

En 2011, le gouvernement libéral avait annoncé que toutes les écoles primaires du Québec devraient offrir l'enseignement de l'anglais intensif, en sixième année, à compter de l'année scolaire 2015-2016. Ces élèves auraient ainsi dû condenser leur apprentissage des autres matières pendant la première moitié de l'année et passer l'autre moitié de l'année en immersion anglaise.

Bien qu'elle lève l'obligation faite aux écoles d'implanter le programme, la ministre Malavoy ne l'interdit pas.

Elle souligne d'ailleurs que les effectifs nécessaires à son implantation seront disponibles pour les écoles qui choisiront d'emprunter cette voie, précisant que le gouvernement souhaite que les élèves québécois maîtrisent l'anglais - qu'ils soient capables de soutenir une conversation du quotidien en anglais - à la fin de leurs études secondaires.

La ministre a commandé un bilan de la situation dans les écoles qui ont procédé à l'implantation de l'anglais intensif à l'École nationale d'administration publique (ENAP). Mme Malavoy désire ainsi obtenir une vision d'ensemble de la situation, en plus d'études d'impact sur l'enseignement des autres matières.

Le gouvernement du Parti québécois reconnaît l'importance de l'apprentissage de l'anglais à titre de langue seconde, mais il insiste sur la priorité faite à la maîtrise de la langue maternelle, le français.

Entrevue avec la ministre Marie Malavoy

Des réactions mitigées

Le président de la Fédération des Comités de parents du Québec, Gaston Rioux, applaudit la décision de Mme Malavoy. « Ce qu'on demande depuis un an, c'est que l'implantation de l'enseignement intensif de l'anglais se fasse selon les besoins des milieux, par les milieux et selon la vitesse des milieux », explique M. Rioux.

« On ne trouvait pas la date butoir de 2015-2016 très réaliste. C'est une question de ressources humaines et c'est également une question de ressources financières et de volonté du milieu. » — Gaston Rioux

« La réalité est très différente selon que l'on se trouve en Outaouais ou au Bas-Saint-Laurent au niveau du besoin de l'enseignement intensif de l'anglais », poursuit M. Rioux. Ce dernier apprécie la souplesse que la formule proposée par Mme Malavoy procure au système de l'éducation.

Il se dit également ravi que le gouvernement du Québec réclame des études indépendantes sur la pertinence de l'enseignement de l'anglais dès la première année du primaire. 

Entrevue avec Francine Charbonneau

De son côté, la porte-parole de l'opposition officielle en matière d'enseignement primaire et secondaire, Francine Charbonneau, reproche au gouvernement de reculer pour des raisons politiques.

« Ça fait 30 ans qu'on fait l'anglais intensif, le bain linguistique ou le 60-40 [NDLR : 40 % du temps d'enseignement consacré à l'apprentissage de l'anglais] ça dépend dans quelle année on se retrouve », avance Mme Charbonneau.

« C'était une volonté des parents d'améliorer, c'est pour ça que le gouvernement du temps, avec Mme [la ministre de l'Éducation en 2011 Line] Beauchamp, avait fait une planification pour arriver en 2015-2016 avec une implantation à 93 % dans l'ensemble des commissions scolaires du Québec. » — Francine Charbonneau

La députée du Parti libéral du Québec (PLQ) prétend également que le gouvernement précédent ne forçait pas les écoles à implanter le programme de l'anglais intensif, mais qu'il accompagnait plutôt les écoles dans le processus.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook