Ottawa a sous-évalué le coût des nouveaux navires militaires

Le reportage de Marc Godbout

Exclusif - Après les problèmes avec les avions de chasse F-35, c'est l'achat de navires militaires qui risque d'embarrasser le gouvernement. Radio-Canada a appris que les coûts de la plupart des navires ont été largement sous-évalués.

Le gouvernement a prévu investir 33 milliards de dollars dans le cadre de sa stratégie de construction navale, mais ce qu'il pourra obtenir avec cette enveloppe est loin d'être acquis.

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé cette entente d'approvisionnement militaire, la plus importante de l'histoire, en janvier 2012, promettant la création de milliers d'emplois.

Le chantier Irving, à Halifax, avait reçu la part du lion, soit un investissement de 25 milliards de dollars pour une commande de 15 navires de combat et six autres de surveillance, tandis que l'entreprise Seaspan Marine de Vancouver héritait d'une commande de sept bateaux civils pour 8 milliards de dollars.

Mais des sources confirment à Radio-Canada que le principal facteur de risque dans l'industrie navale militaire, l'inflation, a été largement sous-estimé lorsque le gouvernement a débloqué ces 33 milliards de dollars.

Selon David Perry, analyste à l'Institut de la conférence des Associations de la défense, le taux d'inflation annuel dans la construction de navires militaires varie généralement entre 7 % et 11 %.

Or, selon un document de la Défense nationale obtenu par Radio-Canada, la Marine canadienne a prévu une inflation d'à peine 2,7 % pour la construction des navires de soutien interarmées.

Pour les navires de combat devant être construits à Halifax, il manquerait jusqu'à 14 milliards de dollars pour que la Marine obtienne la flotte qu'elle désire, selon M. Perry.

« On aurait dû être plus prudent. Malheureusement, aucun des acteurs du système d'acquisition, soit la Marine canadienne, soit la Défense nationale ou soit le gouvernement conservateur, n'a joué un rôle pour limiter les dégâts », analyse Jean-Christophe Boucher, professeur au département de science politique de l'Université Dalhousie.

De plus, des sources tant au sein de l'industrie que de la Marine indiquent que la construction de ces navires de combat ne pourra commencer avant 2020, soit cinq ans plus tard que prévu, un délai qui pourrait avoir un impact sur les coûts.

Cette sous-évaluation des coûts des navires crée des tensions entre le gouvernement, la Marine et l'industrie navale. Dans un contexte de restrictions budgétaires, Ottawa demande en effet aux chantiers navals d'assumer une plus grande part du risque.

Cela pourrait réduire la marge de profit des chantiers, à moins que le gouvernement ne révise sa commande.

Le président de l'Association de la construction navale du Canada, Peter Cairns, regrette le manque d'expertise au sein du gouvernement. « Lorsque vous regardez autour de vous, vous ne voyez pas beaucoup de gens qui ont une longue expérience », dit-il.

D'après un reportage de Marc Godbout