Le ministre Kenney veut déchoir de leur citoyenneté les personnes coupables d'actes terroristes

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney, en conférence de presse à Ottawa Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney, en conférence de presse à Ottawa  Photo :  PC/Adrian Wyld

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, Jason Kenney, a déclaré lors d'une conférence de presse, mercredi, que le gouvernement devrait envisager la possibilité de déchoir de leur citoyenneté canadienne les personnes coupables d'actes de terrorisme.

« Nous devrions envisager la possibilité de révoquer la citoyenneté aux Canadiens binationaux [coupables] d'actes de terrorisme », a-t-il déclaré.

Les propos du ministre Kenney surviennent au lendemain de déclarations des autorités bulgares voulant qu'un Libano-Canadien aurait participé à un attentat anti-israélien à Bourgas qui a fait six morts, en juillet dernier.

« Je ne vois pas quelle raison serait plus évidente pour priver quelqu'un [de sa citoyenneté] que la participation à des actes de terrorisme », a plaidé le ministre Kenney.

M. Kenney a rappelé que la loi canadienne ne permet pas de destituer un Canadien de sa citoyenneté.

Ainsi, le ministre a dit qu'il se penche avec intérêt sur le projet de loi présenté par le député conservateur Devinder Shory, qui propose de déchoir de sa nationalité canadienne une personne qui commet un acte de guerre contre un soldat canadien à l'étranger.

Le projet de loi suggère également que les résidents permanents qui commettent de tels actes et qui ont sollicité la citoyenneté verraient leur demande rejetée.

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration a indiqué qu'il suggère au gouvernement de voir ce qui se fait dans d'autres pays dans ces cas-là et de penser à un mécanisme qui permet de retirer la citoyenneté à ceux qui commettent des actes de terrorisme.

M. Kenney a souligné qu'il allait étudier la possibilité d'élargir le projet de loi de M. Shory pour qu'il ne se limite pas seulement aux actes de guerre.

Détails sur le présumé terroriste canado-libanais

Par ailleurs, M. Kenney a donné des détails sur le parcours de l'auteur présumé de l'attentat de Bourgas.

Arrivé au Canada à l'âge de 8 ans, celui-ci avait été naturalisé « trois ou quatre ans plus tard » et avait quitté le pays pour retourner avec sa famille dans son pays d'origine, le Liban.

« Nous croyons que c'est probablement un Canado-Libanais qui n'a pas vécu ici de manière permanente depuis l'âge de 12 ans », a indiqué M. Kenney.

info en continu

Facebook