Le débat sur le gaz de schiste

Le BAPE récupère le dossier du gaz de schiste

gaz de chiste

Québec confie au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) un mandat pour mener une consultation élargie sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste. Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, a précisé que le mandat actuel du comité d'experts chargé d'effectuer une évaluation environnementale stratégique sera donc rapatrié au sein du BAPE.

« Puisque les études sont réalisées par des tiers indépendants, dans plusieurs cas des universitaires, on peut s'attendre à un diagnostic objectif et à des constats scientifiques rigoureux. Le Comité recevra cependant directive de transférer au BAPE les études qu'il a commandées », a poursuivi le ministre Blanchet.

Le ministre entend aussi déposer, au cours des prochaines semaines, un projet de loi visant à instaurer un moratoire sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste.

Ce moratoire sera en vigueur jusqu'à l'adoption d'un cadre législatif sur le gaz de schiste, a ajouté le ministre Blanchet.

On se souviendra que le libéral Pierre Arcand, alors ministre, avait confié en 2011 à un comité d'experts le mandat d'effectuer une évaluation environnementale stratégique qui avait dans les faits pris la forme d'un moratoire sur l'exploitation du gaz de schiste. Ce comité avait été formé après la publication d'un premier rapport du BAPE sur le développement durable de l'industrie du gaz de schiste au Québec.

Depuis lors, aucun projet de fracturation hydraulique, la technique d'extraction du gaz de schiste, n'est autorisé, sauf à des fins scientifiques.

Les groupes environnementaux appuient la décision, l'Association gazière et pétrolière du Québec est sans voix

Équiterre n'a pas tardé à réagir à cette annonce. Le groupe environnemental a salué la décision du gouvernement du Québec de mettre en place un moratoire sur le gaz de schiste. Il a « applaudi à la décision de permettre au Comité sur l'évaluation environnementale stratégique de terminer ses travaux et de confier ensuite au Bureau d'audience publique sur l'environnement le mandat de tenir des audiences publiques génériques sur la question des gaz de schiste ».

L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) s'est aussi dite heureuse de l'annonce du ministre sur la tenue d'audiences du BAPE. « La consultation générale annoncée par le ministre comprendra l'étude de la pertinence du développement de cette production ainsi que des alternatives possibles. Cela aussi faisait partie des demandes de l'AQLPA adressées au gouvernement depuis des années », affirme le président de l'Association, André Bélisle.

De son côté, l'Association pétrolière et gazière du Québec n'a pas émis de commentaire à la suite de l'annonce du ministre, affirmant qu'elle « réfléchissait ».