Une oeuvre d'art découverte dans le bureau de Thomas Mulcair

La fresque dévoilée dans le bureau du chef de l'opposition Thomas Mulcair La fresque dévoilée dans le bureau du chef de l'opposition Thomas Mulcair  Photo :  PC/Adrian Wyld

Un corps a été retrouvé dans le bureau du chef néo-démocrate Thomas Mulcair sur la colline du Parlement : celui d'un chevalier tombé au combat.

La dépouille, peinte sur la partie supérieure d'un mur du cabinet qu'occupe actuellement le chef de l'opposition officielle, a été découverte au bas d'une magnifique murale faisant l'objet de travaux de restauration.

Cette trouvaille historique contribue au mystère enveloppant l'un des bureaux les plus intéressants du Parlement, la plupart de ses spécificités étant attribuables à son premier occupant, William Lyon Mackenzie King, le premier ministre le plus excentrique de l'histoire canadienne, et celui ayant eu le plus long règne de l'histoire du pays.

Le chevalier en question est demeuré caché pendant plus de 70 ans, son corps obscurci par le sel suintant du mur de plâtre sur lequel il a été dessiné. Il a également pâti d'un effort bâclé visant à restaurer les murales du Parlement à la fin des années 1930.

« On aurait dit une tête de brocoli », s'est amusée la conservatrice de l'Institut canadien de conservation de Patrimoine Canada, Wendy Backer, lorsque interrogée sur le moment où il a découvert le corps. « Ce n'était qu'une grosse tache verte ».

La murale en question représente un chevalier en armure brandissant une épée. Elle avait été tellement défigurée qu'il était impossible de voir que le sujet de la fresque se tenait sur le cadavre d'un autre chevalier - du moins jusqu'à ce que M. Baker en fasse la découverte.

La table de travail de Thomas Mulcair et les boiseries de son bureau - des pièces savamment découpées dans le chêne - sont enveloppées d'un plastique protecteur lorsque M. Baker et ses collègues effectuent leurs travaux de restauration. Ce projet, entamé en 2008, ne se déroule que pendant la suspension des débats de la Chambre des communes pour ne pas déranger le chef de l'opposition officielle.

Le chef néo-démocrate a qualifié « d'extraordinaire » la découverte d'un corps dans son bureau. A-t-il pensé en l'apprenant qu'il puisse s'agir d'un député libéral qui aurait autrefois occupé son bureau et qui aurait péri d'un coup de couteau dans le dos? Il refuse de le dire.

« J'y vois seulement le symbole du fait qu'il faut faire preuve de beaucoup de courage pour occuper ce genre d'emploi », s'est-il contenté de répondre.

Un passage secret installé derrière un panneau de chêne représentait jusqu'à maintenant la principale attraction du bureau de M. Mulcair. Cette porte dissimulée mène à une autre pièce, minuscule, et débouche sur le corridor extérieur, près des escaliers.

Selon David Monaghan, qui occupe la fonction de conservateur des collections de la Chambre des communes, elle aurait été installée à la demande du premier ministre Mackenzie King pour lui permettre d'échapper aux « visiteurs non désirés ».

Facebook