Philippe Couillard, nouveau chef du PLQ

Direction du PLQ : les trois candidats courtisent leur base

Bruno Maltais Twitter
Radio-Canada
Le compte rendu de Sébastien Bovet

Raymond Bachand, Philippe Couillard et Pierre Moreau ont participé dimanche au premier débat des candidats à la succession de Jean Charest à la tête du Parti libéral du Québec.

Réunis à Montréal devant quelque 500 militants libéraux, les trois anciens ministres ont davantage tenté de charmer les membres qui seront appelés à élire leur prochain chef que de croiser le fer sur différents dossiers.

Ce premier débat, animé par la journaliste Dominique Poirier, réunissait MM. Bachand, Couillard et Moreau sous le thème : « Comment mieux préparer notre relève? ».

D'abord invités à se prononcer sur la manière dont ils auraient géré le conflit étudiant s'ils avaient été à la tête du gouvernement, les trois candidats ont prêché pour un meilleur dialogue avec les étudiants. Philippe Couillard s'est toutefois distingué en soutenant que la partie de la loi 12 (ancien projet de loi 78) sur l'encadrement des manifestations était « superflue », alors que les deux anciens membres ont plutôt défendu la loi, « qui assuré l'année scolaire de nos enfants et arrêté la violence », a dit Raymond Bachand.

En point de presse, Pierre Moreau a dit se distinguer de ses collègues en raison de son « style différent, avec une approche franche et directe ». M. Moreau a affirmé vouloir ramener le débat au sein du parti, évoquant notamment sa volonté de se pencher sur la pertinence des cégeps.

Lors du débat, M. Moreau a en effet évoqué l'intérêt d'« ouvrir le débat sur la pertinence des cégeps », tandis que Philippe Couillard a répondu que les institutions collégiales avaient plutôt été un bon outil de scolarisation au Québec, notamment en région. Pierre Moreau a par la suite affirmé en conférence de presse ne pas être en faveur de l'abolition des cégeps, mais qu'il est sain pour un parti de se poser des questions.

Au sujet de la sélection des immigrants, Pierre Moreau a suggéré de revoir l'importance accordée à la maîtrise de la langue française, au moment où le Québec a surtout besoin d'une main-d'oeuvre qualifiée.

Philippe Couillard a quant à lui soutenu que la reconnaissance des professions est importante. « Il faut arrêter de se cacher derrière les ordres professionnels », a-t-il affirmé.

Raymond Bachand a toutefois indiqué que le gouvernement Charest avait fait un bon travail pour faciliter la reconnaissance des acquis des Français qui immigrent au Québec.

Les trois candidats à la direction du PLQ ont par ailleurs affirmé ne pas vouloir diminuer le nombre d'immigrants que le Québec reçoit chaque année, ni renforcer la loi 101, la Charte de la langue française.

Dans leurs déclarations d'ouverture et de fermeture, les trois candidats ont mis l'accent sur les thèmes qu'ils avaient déjà mis de l'avant depuis le début de la course : Raymond Bachand s'est présenté comme celui qui mettra l'accent sur la création de richesse, « la force historique du parti », Philippe Couillard a insisté sur l'importance de l'éducation, et Pierre Moreau a évoqué l'importance des jeunes.

Vers le congrès de la mi-mars

Quatre autres débats, dont un en anglais, auront lieu d'ici le 2 février. Ensuite, 3000 délégués des associations libérales des 125 circonscriptions du Québec éliront le prochain chef du PLQ, lors d'un congrès à la mi-mars.

L'élection des délégués s'effectuera entre le 4 février et le 10 mars prochain, au suffrage de tous les membres. Chaque délégation devra être composée de 12 hommes et de 12 femmes, et le tiers des places sera accordé à des délégués âgés de moins de 26 ans.

Au lendemain de sa défaite électorale, le 4 septembre dernier, Jean Charest a annoncé sa démission à titre de chef du Parti libéral du Québec, un poste qu'il occupait depuis plus de 14 ans et qui lui a permis de diriger le Québec pendant 9 ans. Depuis, la direction est assurée de façon intérimaire par le député de Saint-Laurent, Jean-Marc Fournier.

Relisez la discussion en direct qui se tenait parallèlement au débat :

PLQ : une course en quête de visibilité - Lisez le blogue de notre chef de bureau à Québec, Sébastien Bovet.

En complément

Facebook