Placement syndical : Québec aurait trouvé un terrain d'entente

La ministre du Travail Agnès Maltais à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2012. La ministre du Travail Agnès Maltais à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2012.  Photo :  PC/Jacques Boissinot

La ministre québécoise du Travail Agnès Maltais estime avoir réussi à trouver un terrain d'entente avec la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ) concernant le placement de la main-d'oeuvre sur les grands chantiers de construction.

« Quand on peut enfin se jaser, c'est toujours très bien. Le débat a été clair. Il y a eu une vraie discussion et je vais en faire le suivi conformément à l'espèce d'entente qu'on a trouvée. On a trouvé, je pense, un terrain d'entente », a déclaré la ministre Maltais à l'issue de la rencontre organisée mardi avec les partis d'opposition.

Elle refuse toutefois de divulguer les détails de l'entente pour l'instant.

La loi qui abolit le placement syndical est en vigueur depuis dimanche, mais le nouveau Service de référence de la main-d'oeuvre de l'industrie de la construction ne sera fonctionnel que dans neuf mois.

La ministre avait donc plaidé lundi pour que les libéraux et les caquistes appuient le projet de loi 6, qui reporterait au 9 septembre 2013 la date d'entrée en vigueur de ce nouveau système.

Ce service, administré par la Commission de la construction du Québec (CCQ), doit permettre à des entrepreneurs d'obtenir des noms de travailleurs susceptibles de travailler sur des chantiers de construction qu'ils dirigent.

Ce mécanisme, qui vise à mettre un terme au placement syndical sur les chantiers, devait à l'origine être opérationnel le 2 décembre 2012, en vertu de l'article 88 de la Loi éliminant le placement syndical, mais il ne l'est pas, d'où le vide juridique actuel.

Jusqu'ici, les partis d'opposition ont refusé d'adopter le projet de loi 6 parce qu'ils sont en désaccord avec la proposition de règlement que le Parti québécois a préparé pour établir les règles qui encadreront le fonctionnement de ce système informatique.