Blanchet succède à Breton à l'Environnement

Le reportage de Julie Dufresne

La première ministre québécoise, Pauline Marois, a annoncé quelques changements au sein de son Cabinet, dont la nomination d'Yves-François Blanchet à l'Environnement, un choix qui a provoqué des réactions partagées de la part de l'opposition.

Le député de Johnson et whip du gouvernement péquiste succède à la tête du ministère de l'Environnement à Daniel Breton, qui a démissionné la semaine dernière.

En plus de ses fonctions de ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet devient ministre responsable des régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

En conférence de presse mardi matin, la première ministre du Québec a annoncé qu'Yves-François Blanchet renoncera à son rôle de whip pour exercer ses nouvelles fonctions ministérielles.

À lire aussi » » » La commission parlementaire devant laquelle devait comparaître le ministre de l'Environnement est reportée

C'est Marjolain Dufour, député de René-Lévesque, qui assumera désormais les fonctions de whip au Parti québécois. Il sera aussi responsable de la région de la Côte-Nord.

Sylvain Pagé, député de Labelle, devient quant à lui président du caucus des députés en lieu et place de Marjolain Dufour. Il sera également responsable des Laurentides.

Retour de Véronique Hivon

La première ministre Pauline Marois a aussi profité de l'occasion pour annoncer le retour de Véronique Hivon dans ses fonctions de ministre de la Santé publique et de la Protection de la jeunesse. Mme Hivon, députée de Joliette, réintègre le Cabinet après l'avoir quitté à l'automne en raison d'une grossesse.

Véronique Hivon devient du même coup ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la politique « Mourir dans la dignité ».

Lorraine Richard, députée de Duplessis, devient pour sa part adjointe parlementaire au ministre des Transports. Elle sera aussi responsable de la politique des transports maritimes.

Pauline Marois a fait part à la presse de ces changements après s'être rendue mardi matin chez le lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne, pour procéder à l'assermentation des nouveaux ministres.

L'opposition officielle dit pour sa part qu'elle laisse la chance au coureur, mais ajoute aussi que le remaniement est la preuve que Pauline Marois avait fait les mauvais choix. Le Parti libéral réitère par ailleurs qu'une commission parlementaire est toujours nécessaire, malgré le départ de M. Breton, pour faire la lumière sur les circonstances entourant la visite du ministre de l'Environnement Daniel Breton dans les bureaux du BAPE.

Lundi, la Coalition avenir Québec a dit qu'elle souhaitait annuler cette commission parlementaire. Les caquistes et les péquistes, qui forment une majorité à l'Assemblée nationale, tenteront donc d'annuler la procédure.

Legault désapprouve le choix d'un « goon »

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, regrette le choix de M. Blanchet à l'Environnement. Il estime que M. Blanchet, qui a la réputation d'être un « goon » selon lui, n'a pas le doigté nécessaire pour bien gérer ce ministère. M. Legault dit qu'il aurait davantage vu Véronique Hivon à ce poste.

« Yves-François Blanchet, c'est quelqu'un qui a la réputation d'avoirs les gros bras », soutient-il, ajoutant qu'il « nous a habitués à une partisanerie excessive ».

« La démission de M. Breton, c'est un aveu d'échec de la part de Mme Marois. Maintenant, ce qu'il faut se demander, c'est si la nomination de M. Blanchet, c'est un aveu d'impuissance à trouver quelqu'un qui a l'équilibre et le doigté pour être ministre de l'Environnement. » — François Legault

Quant à Québec solidaire, le député Amir Khadir dit qu'il trouve que M. Blanchet est « un député combatif », qui a fait un bon travail, par le passé, pour défendre la langue française. Il espère maintenant que M. Blanchet agira « par principe » dans le cadre de son nouveau poste et qu'il ne considérera pas sans cesse uniquement « la pression des puissants lobbys d'affaires ».

Du côté des environnementalistes, Greenpeace a réagi favorablement à la nomination de M. Blanchet. L'organisation invite le nouveau ministre à « se saisir rapidement des dossiers comme la mise en place d'un BAPE sur l'arrivée du pétrole le plus sale de la planète au Québec et la protection de nos forêts ».

En complément