Des candidats à la direction du PLQ critiquent Jean Charest

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Controverse évitée

Fait rare au sein de la famille libérale, deux candidats à la succession de Jean Charest ont critiqué leur ancien chef devant l'aile jeunesse du PLQ, réuni en congrès à Saint-Lambert.

Questionné par un jeune militant sur le plus grand défaut de Jean Charest, Pierre Moreau a répondu que l'ancien chef libéral avait tendance à « centraliser un peu trop vers l'aile parlementaire » et qu'il avait « pris une distance d'avec le parti sur la question du débat ».

Un point de vue partagé par Phillipe Couillard, qui promet une décentralisation du parti et une ouverture aux débats. Raymond Bachand a renchéri en promettant plus d'autonomie aux députés.

« Comme chef du Parti libéral, les députés de mon caucus, ils vont avoir le droit d'avoir des opinions divergentes. Un parti politique, ce n'est pas une chapelle, c'est une coalition. » — Raymond Bachand

Philippe Couillard, Raymond Bachand, Pierre Moreau et Jean David se sont adressés aux jeunes militants et ont répondu à leurs questions.

Le président de la Commission jeunesse, Kevin-Alexandre Lavoie, avait encouragé les militants à interpeller les candidats. « Faites valoir vos idées, faites entendre vos revendications, les candidats seront en mode écoute », a-t-il dit en entrevue à Radio-Canada, avant les discours des candidats.

Par ailleurs, la rencontre a permis à Raymond Bachand et à Phillipe Couillard de se réconcilier après la première attaque en bonne et due forme de la course. Sans pour autant s'excuser d'avoir affirmé que Phillipe Couillard avait participé à une tentative de putsch contre Jean Charest en 2007, Raymond Bachand a expliqué que de « temps en temps, comme au hockey, une mise en échec [peut être] un peu trop dure, tu ne voulais pas blesser ton collègue ».

Philippe Couillard a de son côté décrété qu'il n'avait pas de rancoeur et que l'incident est clos.

Pierre Moreau a pour sa part appelé ses collègues « à revenir à des débats d'idée », ajoutant que le Parti libéral du Québec n'était pas le Parti québécois.

Raymond Bachand Raymond Bachand

Ces rencontres étaient importantes et stratégiques pour les candidats, puisque les 25 ans et moins constitueront le tiers des délégués au congrès à la direction en mars prochain.

L'exécutif laisse aux membres la liberté de choisir une des équipes de campagne s'ils le souhaitent. Du reste, plusieurs jeunes auraient déjà choisi leur camp et participent à la campagne de leur candidat. La Commission jeunesse ne prendra pas position pour l'un des prétendants à la direction.

Avec un reportage d'Alexandre Touchette

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook