Première rencontre entre Pauline Marois et Matthew Coon Come

Pauline Marois et Matthew Coon Come, se serrant la main Pauline Marois et Matthew Coon Come

La première ministre Pauline Marois s'est entretenue avec le grand chef du Grand Conseil des Cris, Matthew Coon Come, pour la première fois depuis son entrée en fonction.

La rencontre, que Mme Marois a qualifiée de « très importante », visait à « amorcer la mise en oeuvre de l'Entente sur la gouvernance dans le territoire d'Eeyou Istchee-Baie-James », a-t-elle précisé au cours d'un point de presse conjoint.

Cet accord-cadre avait été conclu sous le gouvernement Charest dans la foulée du Plan Nord, auquel M. Coon Come avait accordé son soutien.

« Nos négociations et nos travaux avec les Cris seront entrepris à très court terme », a assuré la première ministre. Les ministères concernés sont déjà « à pied d'oeuvre », a-t-elle ajouté.

Mme Marois a profité du point de presse pour annoncer la nomination de la négociatrice principale, Martine Tremblay.

Le gouvernement et le Grand Conseil des Cris renouvellent « leur volonté d'avoir des relations franches, fructueuses et porteuses pour l'ensemble du Québec, a déclaré Mme Marois. Nous poursuivons donc dans la direction tracée par la Paix des braves, qui avait instauré le principe de nation à nation et ouvert la voie à une ère de coopération et de prospérité », a-t-elle soutenu.

La rencontre fait suite à la création, la semaine dernière, du Secrétariat au développement nordique, dont le mandat est de coordonner l'action gouvernementale liée aux besoins des communautés nordiques et au développement du Nord.

L'Entente sur la gouvernance dans le territoire d'Eeyou Istchee-Baie-James prévoit la formation d'un gouvernement régional qui sera composé à nombre égal de Blancs et d'Autochtones. L'initiative devrait permettre aux Cris d'avoir une plus grande implication dans le développement du Nord québécois.