La ministre Maltais compte abolir le placement syndical

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Des travailleurs sur un chantier de construction à Montréal (archives) Des travailleurs sur un chantier de construction à Montréal (archives)  Photo :  PC/Ryan Remiorz

La ministre du Travail, Agnès Maltais, veut abolir le placement syndical de la main-d'oeuvre dans l'industrie de la construction.

La ministre Maltais souhaite y arriver avec l'accord des deux principaux syndicats de l'industrie.

Le projet de loi 33, adopté il y a près d'un an, prévoit déjà l'élimination du placement syndical. Mais pour l'appliquer, le gouvernement doit adopter un règlement qui définira le nouveau service de référence des travailleurs de la construction d'ici le 2 décembre.

Or, la FTQ Construction et le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction refusent de collaborer avec Québec. Les responsables de la FTQ Construction ont déjà menacé de ne pas participer au nouveau système de référencement des travailleurs de l'industrie.

Pour le Conseil provincial des métiers de la construction, deuxième organisation syndicale de la construction en termes d'effectifs, la nouvelle loi remet en cause la liberté d'association garantie par les chartes des droits et affaiblit les grands syndicats en accordant pratiquement un droit de veto à leurs homologues plus petits.

La ministre Agnès Maltais se montre toutefois confiante et croit pouvoir faire changer d'idée aux plus récalcitrants.

Facebook