C-38 : un mammouth au Parlement

Des écologistes dénoncent le projet de loi C-38

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Les précisions de Marc Godbout

Des groupes environnementaux et des partis de l'opposition participent lundi à la campagne nationale « Silence, on parle » pour dénoncer le controversé projet de loi omnibus C-38 du gouvernement fédéral.

Des sites Internet, comme ceux de Greenpeace, d'Équiterre et du Fonds mondial pour la nature, sont tombés au noir lundi matin. Les sites de deux partis d'opposition fédéraux, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD), ont fait de même.

« Nous avons plongé notre site web dans le noir, mais notre parole citoyenne est plus forte que jamais », peut-on lire sur ces sites, qui enjoignent aux internautes de « prendre la parole ».

Au centre-ville de Montréal, des porte-parole de ces organisations, dont Karel Mayrand (Fondation David Suzuki) et Steven Guilbeault (Équiterre), se sont réunis, vêtus de noir, pour dénoncer les politiques du Canada en matière d'environnement et pour encourager le public à participer à la campagne.

Les organismes dénoncent les gouvernements fédéral et provinciaux qui, selon eux, utilisent leurs pouvoirs législatifs pour affaiblir les groupes qui s'opposent à leur idéologie.

Le volumineux projet de loi C-38, qui modifie une soixantaine de lois, dont de nombreuses législations environnementales, est notamment visé. Le projet de loi propose entre autres d'accélérer le processus d'évaluation environnementale, et confirme le retrait du Canada du protocole de Kyoto.

Les organismes environnementaux accusent le gouvernement de Stephen Harper de vouloir museler, à travers cette loi, les groupes qui lui sont opposés.

Sur son blogue, Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki, site l'exemple d'un budget mis à la disposition de l'Agence du revenu Canada pour enquêter sur les activités de nature politique et le financement international des organismes de bienfaisance, dont les groupes écologistes qui « ont le malheur de ne pas partager » le point de vue du gouvernement.

Au provincial, les groupes environnementaux dénoncent la loi 78 décrétée par le gouvernement de Jean Charest pour mettre fin au conflit étudiant, qui « plonge le Québec dans la noirceur », écrit Équiterre sur son site web.

Des musiciens comme Bruce Cockburn, les Cowboys fringants et l'écrivaine Margaret Atwood suivent aussi le mouvement.

Le carré noir de C-38

Pour lire le blogue d'Emmanuelle Latraverse, Le carré noir de C-38, cliquez ici.

Les conservateurs se défendent

Le gouvernement Harper a déployé dix ministres à travers le pays pour défendre son projet de loi.

Ils ont pour mission d'expliquer que cette loi est nécessaire pour accélérer la croissance et créer de l'emploi sans nuire à l'environnement.

« Notre plan législatif va améliorer la protection de l'environnement. » — Joe Oliver, ministre des Ressources naturelles

« On veut que les gens sachent les faits, et pas les distorsions ou les exagérations », a ajouté le ministre Oliver.

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook